In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress International Interview de NJA MAHDAOUI, par Patricia J. Friedrich

Interview de NJA MAHDAOUI, par Patricia J. Friedrich

 

juillet2011/nja_mahdaoui_02Pour moi, c’est un honneur et un plaisir de publier un interview avec Nja Mahdaoui. À ce point je tiens à le remercier ainsi que sa fille et son assistante Molka Mahdaoui.


artpjf: Pour commencer, présentez-vous brièvement.


Nja Mahdaoui: Je suis un plasticien Tunisien, je vis et travaille en Tunisie, après de longues années d’études à l’étranger. Voir mon site Web : www.nja-mahdaoui.com.

uillet2011/nja_mahdaoui_01


artpjf: Quand avez vous reconnu une esthétique dans l’écriture arabesque?


Nja Mahdaoui: Dans ma culture, l’apprentissage des règles de l’écriture ou plutôt de la calligraphie en tant que telle est considéré comme l’une des disciplines majeures des arts plastiques. Quant à la considération de ce que les Italiens nommaient l’ARABESCO, c’est une simple émanation de styles géométriques et de formes florales inspirés des graphies, composés en courbes et en contre-courbes aves des effets esthétiques en entrelacs décoratifs…


juillet2011/nja_mahdaoui_03

artpjf: Quelles histoires racontent vos tableaux?


Nja Mahdaoui: Etant plasticien et non pas un conteur ou un historien, j’estime qu’un tableau de peinture ou toute œuvre d’art composés en toute liberté ne devraient en aucun cas, servir d’anecdote descriptive de faits réels relatant une situation donnée.

juillet2011/nja_mahdaoui_06
artpjf: L’écriture arabesque comporte une trace de ligne très élégante et appropriée pour être mis dans un contexte artistique. Pensez-vous que l’écriture latine accuse une esthétique similaire? Est-ce que vous croyez qu’elle est plus ou moins difficile de travailler avec?


Nja Mahdaoui: En Occident l’oeuvre majeure ou plutôt l’approche philosophique d’Isidore ISOU intitulée (Introduction à une nouvelle poésie 1942-1944) qui avait entamé une recherche autour et à partir de la lettre qu’il appelait LETTRIE (lelettrisme.com) et qui vit le développement de cette tendance vers 1946 sous le label de peinture lettriste, dans un esprit purement Latin, avança vers une théorie de la post-écriture, laquelle est restée liée à la création poétique avec des aléas esthétiques limités comme la Métagraphie, la Métagraphologie, la Super-écriture, l’Hypergraphie. En fait cette démarche intéressante s’était enfermée au sein de la force du verbe et de l’écriture littéraire… Dont le développement de l’esthautomatisme se dirigea vers DADA et ce que Isou appela la « dictée involontaire ».


juillet2011/nja_mahdaoui_04

Par contre, l’utilisation de l’écriture Arabe en tant que particule indifférenciée de tout ouvrage écrit : poésie, musique etc… Est porteuse d’une architecture hybride dans sa physiologie formelle purement esthétique en dépassement des clivages d’écoles et du repérage des divers styles codés etc… C’est-à-dire que mon utilisation des graphies libérées des contraintes conventionnelles, au niveau des expressions esthétique, sont consciemment projetées dans mon œuvre peinte, sculptée, tissée ou autre, sans référents de lisibilité.

juillet2011/nja_mahdaoui_08

 

juillet2011/nja_mahdaoui_10

 

juillet2011/nja_mahdaoui_11

artpjf: Comment avez-vous éprouvé la révolution en Tunisie? Avez-vous ressenti un changement dans le milieu artistique tunisien?

Nja Mahdaoui: La maturité des citoyens Tunisiens a fait éclore une révolte sociétale qui a spontanément évolué vers une véritable révolution populaire menée par la jeunesse consciente, dont l’action volontaire a défié tous les obstacles classiques inhérents à la fois aux dictatures aveugles et aux dictats des partis classiques.

C’est ainsi qu’en respect des clivages de générations, j’ai parfaitement adhéré à l’initiative d’engagement aussi bien moral que référentiel au niveau de la remise en question des carcans liés aux archaïsmes décadents et des idéologies désuètes.

Toutefois, avec une dizaine d’institutions des arts visuels mises en place depuis plusieurs années à travers toute la Tunisie, par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, nous assistons en ce moment même au lendemain de la révolution, à l’éclosion spontanée d’œuvres de peinture, de photographie, de vidéo art, d’installation etc… d’une excellente qualité picturale, plus ouverte sur les cultures universelles et beaucoup plus audacieuses qu’auparavant…

 

juillet2011/nja_mahdaoui_14

 

juillet2011/nja_mahdaoui_13

artpjf: Finalement, donnez-nous un aperçu de vos projets d’avenir.


Nja Mahdaoui: M’appliquer à parfaire ma quête artistique dans la même voie de ma création et répondre aux appels positifs à chaque rencontre ayant pour visée culturelle, l’échange dans la réciprocité frontière de l’incompréhension. Car j’estime que “Si l’expression artistique indépendante ne rejoint pas la pensée universelle, elle n’aurait plus sa raison d’être“.


juillet2011/nja_mahdaoui_02
Patricia J. Friedrich, Student of History of Art at the University of Vienna

source: blog de Patricia J. Friedrich

NB: la version originale est en langue allemande; seule la version française a été retranscrite ici.

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka