In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home Histoire de l'Art & de l'Artiste Faouzi Chtioui (1950-2005)

Faouzi Chtioui (1950-2005)

faouzi-Chtioui-portrait

Né le 13 Octobre 1950 à Tunis, Faouzi Chtioui a du suivre son père, économe de lycée, dans plusieurs villes. Il fréquenta le "Koutab" (école coranique) à Medjez El Bab puis il fit son lycée à Béja et Alger. De retour à Tunis, il intégra l'école des Beaux-Arts de Tunis qui était en pleine mutation. A cette époque il s'intéressa sérieusement à la musique instrumentale et joua même à la guitare sèche avec le groupe de Faouzi Chekili...
....En 1970, le peintre Ali Khodja (1947-1991) l'incita à suivre les cours à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Liège en Belgique. Ce séjour lui a permis de décrocher un Prix et de saisir les techniques du dessin qui seront capitales dans sa démarche créatrice. Prolongée par un cursus en céramique, sa formation fut achevée par une maitrise de l'ITAAUT, en 1977.

Photo Habib Azouz

Le premier contact didactique de Faouzi Chtioui fut avec les élèves du lycée Alaoui, Denden et Hammam-Lif.

En 1982, il est parti à Paris pour un séjour fructueux à la Cité Internationale des Arts. Son engagement pour l'art l'amena à devenir un membre dynamique et créatif de l'Union des Artistes Plasticiens Tunisiens, surtout depuis 1987 avec l'équipe de Azzabi, Naîli, Larnaout...jusqu'à 2000 où il quitta le bateau sans bruit.
L'œuvre de Faouzi s'échelonne sur plusieurs périodes. A ses débuts, à la galerie Ettaswir, il s'est fait remarquer par une peinture monochrome où le dessin dominait.


Dans l'atmosphère bohème du Centre-ville de Tunis, sa rencontre avec Lamine Sassi, réel compagnon de route, et Habib Bouabana fut déterminante pour les trois artistes et leur expression picturale toute onirique et poétique. Jusqu'à la fin des années 80, sans l'influence de ses complices, il puisait encore dans les structures modulaires qu'il nommait tout simplement "modules"; où figuraient des portraits ordonnées régulièrement.
Chaque portrait ayant sa propre expression ou mimique. La dimension picturale et l'esprit ironique de ces modules s'élèvent au niveau de la création.


Faouzi ne se contentait pas d'un style figé. Il avait un tempérament de chercheur qu'on a pu déceler dans les dizaines de dessins, aquarelles, collages, peintures sur divers supports et carnets découverts dans son atelier après son décès si brusque le 6 Octobre 2005 à presque 55 ans.
En tant que céramiste, ses séries de lions clownesques et de têtes patibulaires qui furent très remarquées, confirme sa ligne expressionniste ludique. Mais il excella surtout en tant qu'animateur et organisateur des Ateliers Céramiques d'Art de la Méditerranée, une rencontre artistique qui eut un grand succès.
L'exigence extrême de Faouzi faisait qu'il ne se manifestait publiquement que rarement. Il a commis une seule exposition personnelle en 1983 "Galerie Ettaswir" et une à deux expositions collectives par an avec toutefois quelques une à l'étranger (Toulouse, Paris, Alger, Jemeppe, Le Caire, Koweït...).

faouzi-chtioui-portrait-

Retenons son exposition avec Abdelaziz Mohsni au Musée de Sidi Bou Saïd (fin de séjour au centre d'Art Vivant de Rades 1993-94) et l'exposition "Les trois florentins et la chipie" avec Lamine Sassi, Habib Bouabana et Shéhrazade R'haiem (Galerie Aire Libre, El Teatro-1999).
Brahim Azzabi

Sur les traces de Faouzi Chtioui

Couverture : oeuvre de Habib Azouz, Ecrit de la couverture, extrait d'une lettre de F.Chtioui à Hédi Bacha en 1994, dessin du portrait de Faouzi réalisé par sa fille Selma (Conception, réalisation et impression SIMPACT)