In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie Feu Hajer Djilani Adieu l’écrivaine moderne

Feu Hajer Djilani Adieu l’écrivaine moderne

feu-hajer-djilani

Feu Hajer Djilani Adieu l’écrivaine moderne
08/12/2010

Dommage, oui, à cor et à cri, une autre fois, la mort nous oblige de jeter ce mot «Dommage»! Personnellement, je n’ai pas trop aimé recevoir cette réalité en cette belle journée printanière, bien qu’on est en hiver! En plus, c’est une journée de congé, où les plumes de nos concitoyens de la page blanche tendent vers un armistice!
Mais, notre devoir est devenu une mission sacrée. Annoncer le décès de la grande Hajer Djilani. Plus mérité, c’est de rendre hommage à cette écrivaine, romancière de son état et femme chef d’entreprise, en outre.

J’ai failli m’écrouler devant cette mauvaise réalité, la plus douloureuse, certes, de cette fin de décennie du fin de ce millénium. Elle est ainsi pour les Tunisiens et autres Maghrébins et Arabes. Il s’agit bel et bien de l’extinction d’une bougie dans le paysage socio-culturel de la Tunisie moderne.

Lors de ma dernière visite, la seule en fait, chez elle, à l’occasion de son ouverture, avec son copain de vie, l’outre écrivain et le plasticien Foued Zaouch, d’une vraie galerie/exposition d’art, où ce dernier avait permis aux amoureux des arts plastiques et autres journalistes et critiques de contempler la collection de ce féru des lignes, couleurs et idées, son mari Foued Zaouch, pour lequel on dédie ces lignes humbles, mais émanant des lymphes de notre cœur en guise de nos condoléances, elle m’a soufflé qu’elle prépare un nouveau texte romantique qui composera avec Hamza, passions inquiets et autres romans.
La défunte Hajer Djilani mérite bien ce que lui a consacré notre journal «l’Expert» il y a quelques années, comme titre «Femme chef d’entreprises de l’année 2005».
Notre ex-revue «l’Expert» a approuvé cette élection par ces lignes: L’engouement pour l’essor économique de la Tunisie, elle l’a immortalisé dans «Les pages jaunes», un annuaire étoffé régulièrement, mis à jour au fil des années et qui a suivi la progression et le développement du tissu économique tunisien, depuis l’année de création de son ouvrage, en 1978.
Issue d’une famille aux traditions incontestables dans le domaine de l’entrepreneuriat économique, la lauréate reste réservée et humble malgré sa réussite dans le domaine qu’elle a choisi.
«Les Pages Jaunes», ont été fondés quelques mois après la disparition de son père. Elle  a voulu en faire le miroir de la vie économique du pays. Elle a dédié l’honneur qui lui échoit à toutes les petites filles qui sont l’avenir du pays.
Pour cette femme chef d’entreprise de l’année, les opérateurs économiques, hommes et femmes, sont le cœur battant de la Nation. Leur rôle n’est pas simplement de satisfaire un besoin égoïste, mais de tenir toute une place dans la construction du pays. Car elle croit que tout le monde est embarqué sur le même navire, surtout que la Tunisie se bat pour se faire un nom à travers la concurrence internationale. Celle-ci se fait de plus en plus rude. Et «chacun de nous est concerné par ce combat», a-t-elle indiqué.
Mondher Chraïet
Source


 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka