In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress International 9es RENCONTRES DE BAMAKO, BIENNALE AFRICAINE DE LA PHOTOGRAPHIE "POUR UN MONDE DURABLE - FOR A SUSTAINABLE WORLD" : "Exposition Panafricaine" : 5 artistes tunisiens

9es RENCONTRES DE BAMAKO, BIENNALE AFRICAINE DE LA PHOTOGRAPHIE "POUR UN MONDE DURABLE - FOR A SUSTAINABLE WORLD" : "Exposition Panafricaine" : 5 artistes tunisiens

nov2011/logo-bamakoL’exposition panafricaine, au sein des salles d’expositions temporaires du Musée National du Mali, réunit 45 photographes et 10 vidéastes, issus de 27 pays. Elle présente un vif panorama de la création contemporaine en Afrique, avec environ 280 photographies. 5 artistes tunisiens y participent: Sophia Baraket, Faten Gaddes, Hichem Driss, Lotfi Ghariani, et Mouna Karray.

Commissaires : Michket Krifa & Laura Serani
Expo Photo (45)

NANA KOFI ACQUAH - Ghana
AKINTUNDE AKINLEYE - Nigéria

nov2011/SOPHIA-BARAKET_Les-faire-ailleurs_2010SOPHIA BARAKET - Tunisie :
Depuis bien longtemps l’Afrique est pour le monde occidental un continent où tout est permis. des déchets de toute sorte y sont expédiés. En Tunisie, les transferts de déchets mécaniques, en hausse constante depuis quelques dizaines d’années, alimentaient des trafics mafieux tenus par les familles proches du pouvoir. ces « ferrailleries » constituaient, hors du grand Tunis, une sorte de monde parallèle, insoupçonné, avec ses propres lois, police et jugements. depuis la chute du régime de Ben Ali, ces quartiers sont sans vie, les ferrailles restent comme suspendues, comme nous, dans l’expectative d’un avenir.
 ©SOPHIA BARAKET : Les faire ailleurs, 2010
Musée National du Mali

Sophia Baraket a étudié la photo à Paris. Puis elle a complété ce parcours par une formation en histoire de l’art et par des stages, notamment chez Magnum Photo. À Tunis, elle ouvre la première agence de médiation culturelle. En parallèle, elle a exposé aux Rencontres internationales de Ghar El Melh et au Printemps des arts de la Marsa en Tunisie, ainsi que dans plusieurs galeries reconnues. Elle collabore avec JR sur le projet Artocratie Inside Out. Elle est consultante auprès d’organismes internationaux et assiste des photographes étrangers en Tunisie. En 2010, elle intègre une résidence d’artistes à San Francisco où elle s’ouvre à une nouvelle culture photographique et se tourne vers les questions sociales. La même année, elle couvre les événements et les manifestations de la révolution qui a traversé la Tunisie. Actuellement, elle crée la première agence de presse indépendante spécialisée dans l’investigation.

ARTURO BIBANG - Guinée équatoriale
DRISSA COULIBALY - Mali
RAYMOND DAKOUA - Côte d’Ivoire
BAKARY EMMANUEL DAOU - Mali
FATOUMATA DIABATÉ - Mali
OMAR VICTOR DIOP - Sénégal
CALVIN DONDO - Afrique du Sud

nov2011/HICHEM-DRISS_Le-Grand-Pacours_2009-2010HICHEM DRISS - Tunisie :
C’est l’histoire d’une route, la GP1. Elle traverse le littoral de Tunis à la frontière libyenne, son asphalte emprunte les anciennes voies romaines vers Carthage, entre mer et oliviers. Mais la GP1, c’est du passé, l’autoroute est arrivée. Mes photographies racontent les vies et les rêves qu’elle a emportés, ceux des derniers témoins qui, exsangues face à la brutalité de l’événement, s’apprêtent à partir vers la ville, où il n’y a sans doute de place ni pour eux ni pour l’avenir de leurs enfants.

©HICHEM-DRISS: Le Grand Parcours, 2009-2010
Musée National du Mali

Hichem Driss est un photographe indépendant né en 1969 à Tunis. Il a étudié à Paris et, depuis, travaille entre les deux pays. Il a collaboré avec des photographes aux influences éclectiques, que ce soit dans le milieu de la mode, du design, de l’architecture ou des photos d’art. Il crée en 2002 le studio Barg Ellil dans lequel il travaille sur des commandes publicitaires comme sur des projets personnels. Il a participé à des manifestations telles que les Rencontres de Bamako en 1998, les Fiesta du Sud à Marseille, Lettres d’argile à l’Institut français de Tunisie (2000), Norderlicht aux Pays-Bas, le Mois de la photo d’Athènes et la Fondation Apertur à New York (2006). En 2010, il a fait partie des photographes sélectionnés pour réaliser cent portraits en Tunisie qui serviront aux collages d’Artocratie avec JR.

HASAN & HUSAIN ESSOP - Afrique du Sud
YMANE FAKHIR - Maroc
AMR FEKRY - Égypte
ÉLISE FITTE-DUVAL - Martinique

nov2011/FATEN-GADDES_Gabes_2011FATEN GADDES - Tunisie  :
À Gabès, dans le Sud tunisien, se trouve la seule oasis en bord de mer au monde. dans l’Antiquité, puis sous domination carthaginoise, byzantine et arabe, c’était un centre agricole et commercial ?orissant. Aujourd’hui, la grande usine de traitement du phosphate de Gabès en a fait un désert maritime désolant. Air irrespirable, ressources hydrauliques épuisées, les conséquences sur l’agriculture et sur la santé des habitants sont catastrophiques. ceux-ci sont atteints de maladies respiratoires et de fluorose : Fatma, à peine 23 ans, par exemple, avait perdu presque toutes ses dents.
 ©FATEN GADDES: Gabès, 2011
Musée National du Mali

Née en Tunisie en 1974, Faten Gaddes vit et travaille à Tunis. Architecte d’intérieur de formation, elle revient à sa passion initiale pour la photographie et suit un apprentissage auprès d’Anouar Ben Aissa. Elle devient membre de l’association VA, Visual Art, et du comité d’organisation des Rencontres photographiques de Ghar el Melh (Tunisie) dont elle conçoit le catalogue en 2006. La photographe expose régulièrement à la Galerie Ammar Farhat à Sidi Bou Said (Tunisie) et participe à des événements internationaux comme Photographies du Maghreb en France (2003), Reflets d’Afrique au Musée d’art moderne d’Alger (2009), Femmes d’image à Boulogne-Billancourt en France (2008), les Rencontres de Bamako (2009) et Être libre à Paris (2011). Ses œuvres font partie des collections permanentes de l’État tunisien, de l’Agence française de développement, du Guide Michelin et de nombreux collectionneurs en Tunisie et à l’étranger.

FRANÇOIS-XAVIER GBRÉ - Côte d’Ivoire/France

 

nov2011/LOTFI-GHARIANI_Fragments-d-un-vecu-en-Tunisie_2011LOFTI GHARIANI - Tunisie :
Pour savourer et comprendre le vrai sens de ce qu’est la liberté d’expression, il faut avoir vécu l’oppression… Pendant la journée du 14 janvier 2011 et celles qui suivirent, j’ai photographié mes concitoyens et concitoyennes qui réclamaient la démocratie en plein centre de Tunis, devant le ministère de l’intérieur On avait peur, on se serrait les coudes, mais sans vraiment se poser la question de notre propre sort. ces moments que j’ai pu capter témoignent un peu de la souffrance vécue sous la dictature et surtout de la joie de ce peuple tendu vers un monde meilleur.
©LOTFI GHARIANI : Fragments d'un vécu en Tunisie, 2011
Musée National du Mali
Lotfi Ghariani est né à Sfax en Tunisie. Il obtient un mastère en techniques de la photographie et processus de développement à l’ICI (Tunisie) puis, en 2003, il participe à deux workshops en Espagne et en Italie. Il a été invité à plusieurs manifestations artistiques telles que le Printemps des arts plastiques de la Marsa, Tunisie (à partir de 2006), le Festival international des arts plastiques de Maharès en Tunisie (2007), l’exposition de l’Union des artistes plasticiens tunisiens, dont il est membre professionnel (depuis 2007) et Photo Forum à l’espace El Teatro à Tunis (2008). En 2008, il représente la Tunisie au 3e Atelier méditerranéen de photographie à Alexandrie, en Égypte, et à la 6e Biennale internationale des arts organisée par ÉCUME, à Tunis (2010).

BRUNO HADJIH - Algérie
NERMINE HAMMAM - Égypte
PIETER HUGO - Afrique du Sud
DÉLIO JASSE - Angola

nov2011/MOUNA-KARRAY_L-equilibre-precaire_2006-2011MOUNA KARRAY - Tunisie :
J’avais photographié, il y a quelques années, les vendeurs ambulants de Niamey. Les négatifs sont restés en boîte jusqu’en janvier dernier, quand l’immolation d’un autre vendeur ambulant a embrasé mon pays, puis l’ensemble du monde arabe. Je me suis alors réapproprié ces négatifs, les recadrant pour ne garder que des plans serrés de ces vendeurs qui paraissent se maintenir dans un équilibre aussi précaire que celui de leur charge qui pèse et balance sur leur tête, leurs épaules.
©MOUNA KARRAY: L'équilibre précaire, 2006-2011
Musée National du Mali

Née en 1970 à Sfax, en Tunisie, Mouna Karray étudie la photographie au Tokyo Institute of Polytechnics and Arts, au Japon. Son expérience nippone de 1997 à 2002 lui inspire les séries autobiographiques Self Portrait, Tokyo mon amour et Au risque de l’identité, une série in progress. L’identité, les frontières, la mémoire des lieux et des personnes sont les thèmes centraux de ses photographies et de ses installations. Ses travaux ont été présentés dans des ouvrages et des magazines d’art, et ont rejoint des collections publiques comme privées. Ses oeuvres ont été exposées lors de nombreuses expositions internationales : Rencontres de Bamako (2007), Photoquai au Musée du Quai Branly à Paris (2009), Un Rêve utile au Bozar à Bruxelles (2010), biennale Picha à Lubumbashi, en République démocratique du Congo (2010). KIRIPI KATEMBO - RDC

FRANCIS KODIA - Congo
MAMADOU KONATÉ - Mali
N’KRUMAH LAWSON DAKU - Togo
ARMEL LOUZALA - Congo
MÁRIO MACILAU - Mozambique
SABELO MLANGENI - Afrique du Sud
FABRICE MONTEIRO - Bénin
TSVANGIRAYI MUKWAZHI- Zimbabwe
DANIEL NAUDÉ - Afrique du Sud
KHALIL NEMMAOUI - Maroc
JEHAD NGA - Libye
CHARLES OKEREKE - Nigeria
ADOLPHUS OPARA - Nigeria
NYABA LÉON OUEDRAOGO - Burkina Faso
NYANI QUARMYNE - Ghana
JO RACTLIFFE - Afrique du Sud
ROBERTO STEPHENSON - Haïti
MICHAEL TSEGAYE - Éthiopie
THANDILE ZWELIBANZI - Afrique du Sud
UZOMA ANYANWU - Nigeria
LIEN BOTHA - Afrique du Sud

Expo Vidéo (10)

BAKARY DIALLO - Mali
EM’KAL EYONGAKPA - Cameroun
DIMITRI FAGBOHOUN - Bénin
KHALED HAFEZ - Égypte
KATIA KAMELI - Algérie
AMAL KENAWY - Égypte
BRENT MEISTRE - Afrique du Sud
GRACE NDIRITU - Kenya
RINA RALAY-RANAIVO - Madagascar
AHMED SABRY - Égypte

Source: Rencontres Bamako

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka