In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home Outside Tunisia Du 23 février au 19 avril 2012 - Espace Diamant, Ajaccio - Exposition collective de photos "Les révolutions arabes", 18ème édition du Prix Bayeux-Calvados des CorresPondants de guerre.

Du 23 février au 19 avril 2012 - Espace Diamant, Ajaccio - Exposition collective de photos "Les révolutions arabes", 18ème édition du Prix Bayeux-Calvados des CorresPondants de guerre.

revolutions-arabes-ajaccioLe Printemps arabe 2011, dans le cadre de la 18ème édition du Prix Bayeux-Calvados des CorresPondants de guerre, expositon-projection collective conçue par laurent van der stockt, commissaire d’exposition, produite par le prix Bayeux-calvados des correspondants de guerre avec le soutien de nikon.

Projection de 300 photographies de 72 photographes :

 

Mohamed Abed / AFP, Ammar Awad / Reuters, Linsey Addario / VII, Bruce Andrea / VII, Karim Ben Khelifa, Pauline Beugnies, Yannis Behrakis / Reuters, Fethi Belaïd / AFP, Armangue Bernat / AFP, Guillaume Binet / Myop, Eric Bouvet, Manu Brabo / EPA, Arnaud Brunet, Martin Bureau / AFP, Alain Buu, Ahmad Charabli / AFP, Julien Chatelin / Fedephoto, Ben Curtis / AP Photo, Enrico Dagnino, Amr Abdallah Dalsh / Reuters, Jérôme Delay / AP Photo, Bryan Denton, Khaled Desouki / AFP, Lucas Dolega / EPA, Fred Dufour / AFP, Thomas Dworzak / Magnum, Joseph Eid / AFP, Laura El Tantawy, Albert Facelly, Corentin Fohlen / Fede¬photo, Alessandro Gandolfi / Parallelozero, Antoine Gyori / AGP, Ron Haviv / VII, Tyler Hicks, Jim Hollan¬der / EPA, Chris Hondros / Getty Images, Mohamed Huwais / AFP, Adam Jan / AFP, Yuri Kozyrev / Noor, Oli¬vier Laban-Mattei / Neus, Guillaume Lavit d'Hautefort, James Lawler Duggan / AFP, André Liohn / EPA, Marco Longari / AFP, Bejamin Lowy / Getty Reportage, Alex Majoli / Magnum, Dylan Martinez / Reuters, Gabriele Micalizzi / Cesuralab, John Moore / Getty Images, Emilio Morenatti / AP Photo, Muheisen / AP Photo, Dominic Nahr / Magnum, Anja Niedringhaus / AP Photo, Remi Ochlik / IP3 Press, Katie Orlinsky / Corbis, Franco Pagetti / VII, Holy Pickett / Redux, Giovanni Porzio / Panoram, Philip Poupin / Cosmos, Ales¬sio Romenzi / Corbis, Johann Rousselot / Signatures, Abel Ruiz de Leon Trespando / Zerophoto, Moises Saman / Magnum, Laurent Sazy / Fedephoto, Jérôme Sessini / Reportage by Getty, Joêl Silva / Folhapress, Tara Todros-Withehill / AP Photo, Goran Tomasevic / Reuters, Nicole Tung, Ricardo Venturi / Contrasto, Alfred Yaghobzadeh / Sipa, Raphaêl Yaghobzadeh.

evolutions-arabes-ajaccio

Les révolutions arabes :  Olivier laban-Mattei "Zenga, Zenga" - laurent van der stOckt "Brega check Point" et Jellel Gasteli "Rock the kasbah".

«Rock the kasbah !» 2011

5 impressions couleur, 50 x 50 cm

La révolution tunisienne a permis à la majorité des citadins de découvrir subitement qu’ils vivent sur un territoire beaucoup plus vaste que celui qui entou¬rait leurs fragiles certitudes de privilégiés. souvent, le mépris de la réalité des différences so¬ciales se dissimule désormais derrière une brusque prise de conscience politique et la revendication d’un engagement qui va de pair, avec l’opportu¬nisme aussi certain que soudain, d’une nouvelle génération de créateurs d’icônes de l’exotisme révo¬lutionnaire. c’est en particulier pour cette raison que j’ai décidé d’exclure toutes les autres prises de vues que j’ai eu l’occasion de produire pendant cette période. cet ensemble de cinq tirages photographiques que j’ai volontairement choisi de diffuser exclusivement en grand format, demeurera ma seule œuvre liée à la révolution tunisienne.

si la série « Rock the kasbah » a été principalement réalisée au cours du premier sit-in de la kasbah, son titre est une référence directe aux paroles d’une chanson de Rachid taha. L’ensemble des tunisiens doit, aux citoyens des ré¬gions rurales qui se sont déplacés jusqu’à la capi¬tale pour défendre leur droit à la dignité, d’avoir fait aboutir leurs revendications, dont la démission du Premier ministre et du premier gouvernement de transition. La seconde image de la série, qui représente un disque en vinyle brisé, portant l’inscription « airplane ! », posé sur des débris de miroir, est une photographie réalisée au lendemain de la destruction de l’un des établissements balnéaires appartenant à la famille du dictateur déchu. La pertinence de cette rencontre visuelle fortuite, symbolise et résume, à elle seule et selon mon point de vue, le seuil de rupture que représenteront la journée du 14 janvier 2011 et la fuite aérienne de zaba dans l’histoire de la tunisie. L’enchaînement des évènements liés à l’actualité qui nous sépare désormais de la date du 14 janvier 2011 et le recul comme la distance acquise pendant un an, me font penser aujourd’hui qu’il s’agit d’une série de cinq marqueurs d’une chronologie visuelle des évènements qui se sont situés entre la seconde moitié du mois de décembre 2010 et le mois de février 2011.

Jellel Gasteli (Tunis, le 7 décembre 2011)

Né en 1958 à Tunis, Tunisie. Après avoir vécu et travaillé entre Tunis et Paris, il vit actuellement en Tunisie. Il est représenté par la Michael Hoppen Gallery à Londres.
Jellel Gasteli est passionné par l’Afrique, le Maghreb, le pourtour de la Méditerranée ainsi que les régions désertiques.
Son œuvre est intimement liée à sa double appartenance culturelle franco-tunisienne.  En quête d’impressions et d’images, il revient de ses voyages avec des images qui sont des points de vue singuliers des hommes rencontrés et des territoires traversés.
Son travail le plus connu est La série blanche. Minimalistes, épurées, sobres et retenues, cette série de tirages argentiques de grand format est construite à partir de la géométrie des ombres et de la lumière sur des architectures traditionnelles blanchies à la chaux qui à fait l’objet d’une exposition monographique à l’Institut du monde arabe en 2002.
Il est régulièrement l’invité d’institutions publiques et participe à des évènements culturels consa¬crés aux artistes africains, comme entre autres, la série eclipse présentée dans le cadre de l’expo¬sition Africa Remix en 2005, une série de portraits de tunisiens issus d’une double culture qui a été présentée en 2006 à l’Institut du monde arabe dans le cadre de l’exposition Regard des pho¬tographes arabes contemporains, la présentation de l’installation vidéo 2134 tU 74 aux rencontres de Bamako en 2007, sa participation à la seconde biennale des rencontres Picha à Lubumbashi en 2010, où il présente une série récente à travers une vision transversale de l’Afrique intitulée objects in the mirror are closer than they appear. La série Rock the kasbah se démarque et rompt intention-nellement avec l’inflation d’images d’actualités qui ont été diffusées sur la révolution tunisienne.
Ses œuvres font partie de collections publiques, comme le Fonds National d’art contemporain, Paris ; l’Institut du Monde arabe, Paris ; la Maison européenne de la Photographie, Paris ; le solomon R. Guggenheim, New-York ; le Museum kunst Palast, Düsseldorf ; la sindika Dokolo collection, Luanda, le Ministère tunisien de la culture, Tunis.
Ses principales publications sont : Il Fiore sbocciato, Editions AF Bari, (2001) série blanche, co-édi¬tion Editions Eric Koehler, Alesco et Agnès. b, (1997), en tunisie, Editions Eric Kœhler, blanches tra¬verses du Passé, Editions Fata Morgana, (1991) tanger Vues choisies, Editions Eric Kœhler.

 

Les révolutions arabes

Du 23 février au 19 avril 2012,

du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00

le samedi de 9h00 à 12h00.

Entrée libre.

A l’Espace Diamant, Bd Pascal Rossini 20000 Ajaccio

Tél : 04.95.50.40.80

Fax : 04.95.50.40.81

E-mail

Cette exposition est produite par le CENTRE MéDITERRANéEN DE LA PHOTOGRAPHIE

Vernissage :
Le jeudi 23 février 2012 à 18h30.

Visites guidées de l’exposition et renseignements :
Pour les scolaires et les enseignants sur réservation auprès du Centre Méditerranéen de la Photographie.
Contact : Valérie Rouyer et Marcel Fortini Tél : +33(0)4.95.31.56.08 - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Partenaires : CENTRE MéDITERRANéEN DE LA PHOTOGRAPHIE