In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home La Soukra - L'Ariana Samedi 19 mai 2012 - B'chira Art Center, Sidi Thabet - Workshop Céramique Artistique dirigé par l'artiste Marie José Armando

Samedi 19 mai 2012 - B'chira Art Center, Sidi Thabet - Workshop Céramique Artistique dirigé par l'artiste Marie José Armando

mai2012/Marie-Jose-ArmandoWorkshop Céramique Artistique dirigé par l'artiste Marie José Armando samedi 19 mai au B'Chira Art Center

Mai 2012(deux fois deux jours en week-end, à raison de 6 h. par jour) soit :

- Samedi 19 Mai 2012

- Dimanche 20 mai 2012

- Samedi 26 mai 2012

- Dimanche 27 mai

Contact : www.bchirartcenter.com

Tél : (00216) 25 899 196 / (00216) 70 527 768

Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Le matériel est fourni + la Cuisson

Tarif : 140 dinars

Inscriptions au (00216) 25 899 196/ (00216) 70 527 768 ou par email au : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. (Objet : Workshop céramique)

Les places sont limitées

L’inscription devient définitive après paiement de la somme convenue pour le compte de B’chira Art Center.

Dernier délais d’inscription : le 12 mai 2012.

Adresse : Sabelet Ben Ammar, 2032 Sidi Thabet, Tunis.


Art contemporain et travail de la terre

A partir de formes inspirées par la nature, géométriques ou inventées, et dans une perspective minimaliste tendant à retrouver les formes élémentaires, le B’chira Art Center propose deux week-end autour des notions de dépouillement, de travail sériel et d’installation.

1- Présentation du travail de Marie José Armondo

2- Propositions d’ateliers

 

PRESENTATION DUTRAVAIL

Il s’inscrit plus dans les pratiques actuelles de l’art contemporain, telles que l’installation, que dans la céramique à proprement parler.

La terre en est le matériau de base. Elle est parfois associée à des matériaux tels que le métal, le béton…qui par contraste, soulignent le parti-pris de fragilité, de légèreté dans le traitement de la terre qui est ici privilégié.

 

Caractéristiques

- Terre brute, généralement sans émail, ou émaillée ton sur ton pour jouer sur le contraste mat-brillant, ou simplement biscuitée, et toujours sans décor (contrairement à la céramique tunisienne qui a un décor très riche, à la fois par le graphisme et la couleur)

- Dépouillement, également au niveau des formes. Cette recherche d’épuration confère souvent aux formes un côté asiatique, zen.

- La nature est souvent le point de départ des formes, mais, à force de simplification, d’épuration, le lien avec l’élément naturel n’est pas toujours évident. Parfois c’est plus une organisation formelle fréquente dans la nature qu’une forme en particulier que l’on retrouve (par exemple des formes de graines, de cosses à trois lobes).

- Travail sériel : à force de répéter une même forme, elle finit par se transformer presque d’elle même. Parfois ce sont des variations infimes qu’on ne perçoit pas au premier regard, parfois ce sont des déclinaisons à partir d’un élément qui se transforme.

- Installations-accumulations. La répétition, la déclinaison d’un même élément prend toute sa dimension lorsqu’il est présenté en installation. Mis en rapport avec d’autres éléments presque semblables, il est perçu différemment. Les imbrications de formes, les vides laissés entre elles, créent des jeux d’ombre et de lumière, et constituent une nouvelle forme, qui pourra se transformer pour s’adapter à l’espace.

- Degré zéro de la céramique. Le colombin et la plaque, qui sont les deux techniques de base (en dehors du tournage), servant à façonner des formes (autour d’un vide), sont souvent utilisés tels quels, pour eux-mêmes. Ils ne servent plus à fabriquer une forme ils sont eux- mêmes la forme, réduite à sa plus simple expression.

 

TRAVAIL EN ATELIERS

Thèmes proposés

- Le dépouillement : modelage d’une forme libre, inspirée ou non par un élément naturel. Recherche d’épuration à partir de cette forme. Le but étant de mettre en évidence ce qui, en elle, est le plus fort, le plus expressif, ou le plus singulier, en gommant les détails et les sophistications éventuels qui sont inutiles et détournent de ce que l’on veut exprimer à travers cette forme.

- Formes géométriques : à partir d’une forme géométrique simple, chercher des combinaisons, des assemblages, pour créer un rythme, une dynamique (en bas-relief ou en volume).

- Travail sériel : modeler une forme (inspirée ou non d’un élément naturel), puis répéter et modifier cette forme pour créer une série de variations (pouvant aller vers une recherche de complexité plutôt que vers l’épuration de la forme).

- Travail collectif : si plusieurs personnes sont d’accord pour travailler à partir d’une même forme (assez simple pour que chacun puisse se l’approprier et en proposer des variantes), réalisation d’un travail collectif. En travaillant à plusieurs sur un même élément on peut en disposer rapidement d’un grand nombre et porter toute son attention sur les combinaisons possibles de formes, en essayer plusieurs (faire des relevés photos intermédiaires). Le groupe peut alors opter, suivant l’espace dans lequel le travail peut être présenté, pour l’une ou l’autre des installations envisagées (et donner lieu éventuellement à une exposition). Une autre alternative est de prolonger le travail individuellement en fabriquant seul d’autres éléments, et créer sa propre installation. Ce qui n’exclut pas que ces installations dialoguent ensuite entre elles.


Marie-José Armando :

Naissance à Nice en 1955. Parallèlement à des études d’Art Plastique à l’Université d’Aix-en-Provence, suit des cours à l’Ecole des Beaux-arts. Découvre la céramique à l’Ecole d’Arts Plastiques (EMAP) de Nice, où elle pratique également la gravure.

Fréquente pendant deux ans l’atelier de céramique de la Villa Arson de Nice (EPIAR) puis s’initie à la technique du RAKU avec Michel SOUSSI et Camille VIROT.

Travail dans les musées de Nice depuis 1980, le musée des Beaux-arts puis à sa création personnelle au Musée d’Art Moderne et Contemporain (MAMAC) et depuis 5 ans au Musée Matisse.

A créé la collection « Le livre d’argile » : livre d’artiste avec des poètes contemporains réalisé entièrement en terre.

Marie-José Armando a participé à plusieurs expositions en Tunisie, notamment à l’Espace Sadika, la librairie Fahrenheit, au B’chira Art Center et à la Kanvas Art Gallery.

FB Event