In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie STOP ART "le printemps au goût de l’automne".

STOP ART "le printemps au goût de l’automne".

censureprintemps-graphikisland1Comme chaque année, amateurs, étudiants, fans, artistes, galeristes et collectionneurs se préparent à fêter le printemps des arts, le seul évènement qui dégage un soupçon d’union créatrice de tous les artistes et les galeristes pour une Tunisie plus ouverte et meilleure. Un début de soirée plus que prometteur avec une nouvelle mise en place, plus de structuration. Un printemps qui sent la liberté et la fierté Tunisienne on ose plus, on s’exprime à sa façon pour le meilleur de l’art.


Cependant et voila le BIG HIC, on s’aperçoit en arrivant d’une discussion un peu chaude entre un gars en costume noir et Jaye (Graphiste et Graffeur indépendant) qui lui a demandé de décrocher ses affiches sous prétexte qu’ils sont un peu trop provocateurs car si on retient juste un nom « REPUBLIQUE ISLAIQUE » (un concept voulant mélanger ces deux communautés comme un message de paix et d’harmonie). Toutefois ce n’était pas au goût des organisateurs qui, allant à l’encontre de la décision de la commissaire Meriem Bouderbala, ont demandé le décrochage des œuvres de l’artiste. Ces grands gommes de la culture marquent un BIG mauvais point car à noter ce genre de pratique n’a jamais était fait même sous la dictature de ben Ali. Et puis soyons honnêtes, ce n’est pas les seules créations qui dénoncent ou critiquent directement ce qui se passe actuellement en Tunisie alors pourquoi s’en prendre à un seul artiste ? Pourquoi le jour du vernissage ?
censureprintemps01-graphikisland
Si sous prétexte que les organisateurs ont une pression de la part du ministère, eh bien au lieu de baisser la tête faillait peut-être tenir bon et dire non car si le peuple Tunisien a fait une révolution eh bien ce n’est pas pour leurs beaux yeux mais pour la liberté et la dignité. Si de même on nous sort l’argument « ouais mais les salafistes pourront venir » eh bien qu’ils viennent car faut pas oublier aussi que ce n’est pas eux qui ont fait cette révolution.
Bref, on accroche Jaye chez une galerie afin d’apaiser les tensions et pour qu’il ne soit pas trop visible directement mais d’un autre coté on décroche un autre artiste qui, lui, parlait des élections à savoir que l’art n’est plus de l’art mais du commerce politiquement équitable. #VCDM

Source : www.graphikisland.com  - 4 juin 2012


 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka