In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie Nadia Jelassi soutenue par une campagne web

Nadia Jelassi soutenue par une campagne web

nadia-jelassi-Nadia Jelassi, artiste accusée de trouble à l'ordre public, s'est retrouvée vendredi 28 août au Palais de Justice à poser pour des photos anthropométriques. De retour chez elle, elle s'est photographiée avec une règle sur le visage. Première étincelle d'une campagne.
Elle poste sa photo sur son profil Facebook. Il n'en fallait pas plus pour que ses amis artistes, en fassent de même en guise de soutien. La campagne est vite relayée par de nombreux internautes qui rejoignent la cause en postant eux aussi leurs photos avec une règle, évoquant ainsi l'épreuve anthropométrique. L'action devient rapidement un signe de protestation contre la censure des artistes. Les créateurs se mobilisent.

Lotfi Ben Sassi, caricaturiste du journal La Presse et du journal tv de Nessma, lui dédie son célèbre Bok Bok affirmant sa solidarité : «L'art n'a qu'une règle, une seule : la liberté». L'artiste plasticienne, Rachida Amara, poste, elle aussi, un message avec sa photo de soutien «Règle à main levé contre vos règles tracées». Quant la comédienne et dramaturge Leila Toubel, elle a été photographié par Mohamed Ben Mustapha pendue par un mètre ruban. «Ma liberté ne sera jamais mendiée... je l'arracherai...», écrit-elle en dessous de la photo publiée sur sa page Facebook.
nadia-jelassi-
Le tort de Nadia Jelassi, artiste plasticienne, professeur et chef du département des arts plastiques à l'Institut Supérieur des Beaux Arts de Tunis (ISBAT), est sa création exposée au Printemps des Arts au Palais d'El Abdelleya en juin dernier. Son installation, une représentation d'une scène de lapidation, est parmi de nombreuses œuvres qui ont suscité la colère des extrémistes religieux. Ces derniers ont manifesté leur colère en détruisant certaines œuvres et en causant plusieurs incidents durant le mois de juin.
Nadia Jelassi, ainsi que l'artiste peintre Mohamed Ben Slama, tous deux accusés de trouble à l'ordre public à cause de leurs œuvres artistiques, risquent entre six mois et cinq ans de prison.
S.B.H
Source : www.tekiano.com | Mardi, 04 Septembre 2012

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka