In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie «Peinture et sculpture» à la librairie Fahrenheit : Une esthétique du zen

«Peinture et sculpture» à la librairie Fahrenheit : Une esthétique du zen

 

fahrenheit-peinture-sculpture-dec2010La librairie Fahrenheit abrite depuis le 22 décembre 2010, l’exposition collective " peinture et sculpture ",  présentant les travaux de Sybille Pfeiffer, Léa Vera Tahar et Marielle Bréas. Ouvert depuis 2007, cet espace, partie intégrante du complexe culturel de Carthage, se veut, avant tout, un lieu de rencontres et d’échanges avec l’organisation d’activités articulées autour du livre (arts plastiques, design, rencontres littéraires, conférences…). L’exposition  actuelle se poursuit jusqu’au 31 janvier 2011.

" Peinture et sculpture " nous convie à la rencontre de l’ Autrichienne Sybille Pfeiffer. Née à Vienne,  cette artiste autodidacte a parcouru le monde, depuis les années 80, pour ses études et son travail. Du Japon, à l’Inde, en passant par la Tunisie et la Côte d’Ivoire, ses travaux s’imprègnent de ce nomadisme et sont les réminiscences de ces différentes escales . Ses 24 peintures (acryliques et techniques mixtes), révèlent sa grande passion pour l’Inde. Dans la majorité de ses tableaux (toile, papier sur verre ou toile sur carton) apparaît, ça et là,  des calligraphies abstraites, sorte de signes cryptiques qui viennent ornementer une palette riche et variée, allant des couleurs chaudes et criardes à une dominance de bleu, symbole de béatitude. Tout cela rejoint l’idée d’une influence indienne qui se confirme avec la présence récurrente de cette figure ou silhouette en position assise, qui nous rappelle celle de Bouddha.
Il émane une ambiance sereine et zen des tableaux de Sybille Pfeiffer. On lui reprochera, néanmoins, cette récurrence, des fois étouffante, du traitement!
Léa Vera Tahar, de son côté, nous présente son "hymne à la joie", une sculpture tout  en couleur faite de papier mâché. Autres sculptures, celles de Marielle Bréas qui réinvestit des matériaux de récupération pour donner vie à son "Oiseau des îles ", son " Plombier " et autres " Groupil " et " Bébert Placide " (un chat et un renard).
Après une année riche en événements et en activités, la librairie Fahrenheit ne compte pas s’arrêter en si bon chemin (malgré des conditions pas toujours favorables). Deux événements sont déjà prévus pour la nouvelle année : une rencontre littéraire en janvier et une exposition des travaux (peintures et gravures) de l’artiste Dominique Médard.
Le nom choisi pour la librairie est le titre d’un classique de la littérature de science-fiction des années 50 " Fahrenheit 451 ".  L’auteur, Ray Bradbury, y décrit un monde où le livre subit un véritable danger de disparition. Et c’est justement pour empêcher cela que ce genre d’espaces existent, pour continuer à semer l’amour de la lecture.

Meysem M.
31-12-2010

Source

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka