In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie Hommage posthume. Exquises esquisses...

Hommage posthume. Exquises esquisses...

Moncef-Ben-AmorExposition «Esquisses et Dessins» du peintre Moncef Ben Amor à l’espace Aire Libre d’El Teatro.
Une collection inédite de 23 magnifiques esquisses et dessins ainsi qu’une  peinture à l’huile inachevée  invitent le spectateur à partager l’héritage de ce que fut l’euphorie créative d’un artiste, disparu, il y a 23 ans !
Feu Moncef Ben Amor  (27.5.1943 - 19.7.1990) fut, avec Aly Ben Salem, le premier peintre de la  génération des plasticiens tunisiens affranchis des canons traditionnels de la peinture . Mi-figuratifs, mi-abstraits, ses dessins oscillent entre une figuration cloisonnée et une abstraction lyrique . En parlant de sa peinture il disait :
«Je peins le diable pour invoquer l’ange,
je peins la mort pour inciter à la vie,
je peins le mal pour aspirer au bien».
Dans ses esquisses, on retrouve la trame du dessin, la concision de la mise en page, une volonté de supprimer tout détail qui viendrait nourrir l’anecdote, l’on remarque une plénitude retrouvée, une écriture qui se situe entre figuration et abstraction .
Et si les sujets que traite Moncef Ben Amor dans ses dessins sont variés, son objet est toujours identique : distiller un sentiment de paix, de vie, de rêve.
Qu’ils soient réels ou fantasmés, les sujets représentés sont le prétexe de l’écriture poétique d’un  trait tourmenté où l’étrangeté et la disproportion nous sont livrées avec  une autre  forme de beauté.
Dans ses dessins, l’artiste  décuple et complexifie l’espace alentour par des lignes, des croix, les unes sur les autres. Cerné, le motif se retrouve enfermé, isolé. Selon l’humeur, la fin s’emmêle dans des sacs de nœuds ou des tressages de signes confus; cette fin est donc à choisir par la suite.
Son style est singulier et  original, parfois même stupéfiant attendu qu’il se distingue par une bizarrerie inhabituelle, qu’on pourrait presque qualifier d’inusitée.
Les scènes, personnages, animaux et autres éléments exprimés sont disséqués, mis à nu et, avec une magistrale naïveté provocante, ils sont diabolisés.
Les éléments puisés dans le naturel, du vivant comme du symbolique, il les sort de leur enveloppe et  de leur gangue pour en extraire le nouveau, la beauté jusque-là cachée, reconstruite, révélée. La dimension faussement naïve des œuvres doit inviter à scruter les détails car c’est une démarche imaginative et spontanée. Chaque esquisse est un message codé, au spectateur de le déchiffrer.
Chaque dessin  tend à se dévoiler, se fait émotion, ravissement, souffrance, et parfois compassion.Sa démarche était de peindre, dessiner ou même tracer en privilégiant l’intention sans rien enlever à la spontanéité. D’où la beauté exquise de l’œuvre de Moncef Ben Amor.
L’exposition se poursuivra jusqu’au 6 Janvier.

Ronz NEDIMA  05-01-2014  lapresse.tn

TAGevent

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka