In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home Outside Tunisia DAK'ART 2014 | 9 Mai > 8 Juin | Biennale, exposition Internationale d’artistes africains, Dakar, Sénégal

DAK'ART 2014 | 9 Mai > 8 Juin | Biennale, exposition Internationale d’artistes africains, Dakar, Sénégal

dak-art-2014L’Exposition internationale d’artistes africains et de la diaspora africaine est l’évènement principal de la Biennale. La sélection est confiée aux commissaires de Dak´Art 2014 : Elise Atangana pour la sélection de la diaspora, Abdelkader Damani pour l’Afrique du Nord, et Smooth Ugochukwu Nzewi pour l’Afrique subsaharienne. La sélection est le résultat combiné d’artistes invités par les commissaires, huit pour chacun, et d’artistes sélectionnés sur la base de dossiers fournis par les artistes ou leurs représentants. Pour l’édition 2014, l’exposition internationale compte 62 artistes.

Rashid Ali and Andrew Cross, John Akomfrah, Sidney Amaral, Olu Amoda, Joel Andrianomearisoa, Kader Attia, Fayçal Baghriche, Radcliffe Bailey, Mahi Binebine, Meriem Bouderbala, Halida Boughriet, Mohamed Bourouissa, Candice Breitz, Nidhal Chamekh, Gopal Dagnogo, Jonathas De Andrade, Jean Ulrick Désert, Sidy Diallo, Amary Sobel Diop, Victor Ekpuk, Andrew Esiebo, Ali Essafi, Ismaïla Fatty, Serge Olivier Fokoua, Justine Gaga, Houda Ghorbel, Milumbe Haimbe, Kiluanji Kia Henda, Sam Hopkins, Palmer Io, Tam Joseph, Samson Kambalu, Kira Kemper, Mohammed Edmon Khalil, Marcia Kure, Mehdi-Georges Lahlou, Simone Leigh, Nomusa Makhubu, Ato Malinda, Julie Mehretu, Amina Menia, Naziha Mestaoui, Santu Mofokeng, Baudouin Mouanda, Jean Katambayi Mukendi, Wangechi Mutu, Assane Ndoye, Mimi Cherono Ng’ok, Chike Obeagu, Emeka Ogboh, Driss Ouadahi, Bouchra Ouizguen, Eric Pina, Slimane Raïs, Jimmy Robert, Faten Rouissi, Massinissa Selmani, Wael Shawky, Mohamed Mahmoud Shoukry, Arlene Wandera, Ezra Wube, Kamel Yahiaoui

La Tunisie et ses artistes sont présents avec 4 artistes participants:

Meriem Bouderbala : Diplômée en gravure et peinture à l’école des Beaux-arts d’Aix en Provence et de l’école d’art de Chelsea, son œuvre est à la fois représentative de la génération actuelle de l’art contemporain maghrébin et d’un “art féminin”, entendu comme une expression nouvelle de la condition féminine dans le monde arabe. Elle peint sur divers supports (toile, papier, verre, tissu) et enrichit ses couleurs de sable ou de limaille de fer. Elle est aussi scénographe et metteur en scène de pièces de théâtre comme “Ubu en Palestine” présentée à Ramallah en 2002. Actuellement, elle penche plutôt vers la photographie, où elle se met en scène.

Nidhal Chamekh: Artiste plasticien et peintre de formation. Il a poursuivi ses études aux Beaux-Arts de Tunis et ceux de Paris et réalise actuellement sa recherche doctorale à la Sorbonne. Les quartiers populaires de Tunis où il grandit et la persécution de sa famille militante vont avoir un impact profond sur son art.On pourrait considérer son travail fragmentaire comme un outil pour «échantillonner» le chaos de l’histoire. Son travail a été exposé à la Galerie Talmart (Paris), au Centre National des Arts Vivants, Palais El Abdellia (Tunis), Carrousel du Louvre, l’Institut du Monde Arabe , Gallery 34 (Paris), Galerie Primo Piano (Lecce), Palexpo (Genève) …

Houda Ghorbel: Artiste multidisciplinaire, installé à Tunis. Son œuvre entremêle peinture, céramique, sculpture, photographie et installation. Elle est toujours à la recherche d’un nouveau médium, d’une nouvelle manière d’exprimer ses idées, de questionner  et de comprendre la complexité de l’être et du monde qui l’entoure.  Son engagement artistique témoigne non seulement sa passion à l’art, mais  tout autant de son implication critique, philosophique, voire politique. Elle a participé à plusieurs expositions et résidences nationales et internationales.

Faten Rouissi: Artiste pluridisciplinaire, enseignante universitaire et consultante en conception et réalisation, elle a participé à des Evénements en Algérie (Alger et Oran) Allemagne (Berlin, Dresde, Karlsruhe), Egypte (Louxor), Espagne (Madrid) et a manifesté sa présence par des performances, des installations, des vidéos, des peintures, des happenings, etc. Depuis 2009, elle s’est engagée dans l’action participative entre l’artiste et le citoyen. En février 2011, elle a conçu« Art dans la rue –Art dans le quartier », et en janvier 2012, elle a fondé l’Association « 24 HEURES POUR L’ART CONTEMPORAIN » à l’origine du projet « DE COLLINE EN COLLINE ».

dakar

« Produire le commun » est notre fil conducteur pour Dak’Art 2014. Avec cela nous cherchons à relier le politique à l’esthétique dans une démarche active et engagée. La rencontre des œuvres d’art dans un lieu, l’exposition, n’est-elle pas une tentative de produire un instant l’espace public que les peuples cherchent à force de migrations et de révoltes ?
Pour une grande partie des artistes contemporains, le politique est le prisme avec lequel ils reçoivent et interprètent le réel perçu. Ils engagent le réel dans leurs œuvres et embarquent leurs œuvres dans la réalité. L’esthétique s’en trouve marquée par une profusion de formes que les artistes utilisent pour rendre leurs œuvres « lisibles ». Ainsi, si le politique est le mode d’échange dans l’espace public, l’art en est-il le socle ?

    À cette exposition internationale viennent s’ajouter quatre autres événements : une exposition d’artistes invités dédiée à la diversité culturelle, le salon de la sculpture africaine, les expositions Hommages et Dak’Art au Campus.

Intitulée "Diversité culturelle" pour l’édition de 2014, elle présente des artistes africains et non africains. Le véritable art « est enracinement et déracinement. Enracinement au plus profond de la terre natale : dans son héritage spirituel. Mais déracinement : ouverture à la pluie et au soleil, aux apports fécondants des civilisations étrangères ». Senghor présente ainsi le concept de métissage comme étant la manifestation la plus ultime de la condition humaine.
Ce métissage dans l’art renvoie à un « branchement » des cultures qui correspond à un projet de coexistence des artistes d’horizons divers. Il s’agit d’un dialogue durant lequel chaque artiste participe à donner ce qu’il a de particulier et à recevoir ce que les autres ont à lui offrir. L’art est un lieu de dialogue culturel où tous les peuples se forment et se transforment. Avec la mondialisation des échanges culturels, les voyages, les artistes se créent une identité plurielle à partir de leurs différentes rencontres.
La onzième biennale des arts de Dakar se veut le grand rendez-vous de cet art métis, global, universel

C’est l’objet de cette exposition dédiée à la diversité culturelle qui sera ouverte à tous les artistes du monde. Les artistes plasticiens africains pourront ainsi avoir d’autres échanges avec des artistes européens, asiatiques, américains ou issus de la diaspora africaine. L’art est sans frontière.
    Commissaire de l’exposition : Massamba Mbaye
    Assistante : Fatima Sy
    Lieu : Musée Théodore Monod

logo-dakart2014

biennaledakar.org