In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home Sidi Bou Saïd PHOTOS DE VOYAGE - JADIS ET MAINTENANT | 11 Avril > 15 Mai | Exposition de photos, Centenaire du Voyage à Tunis des peintres P.Klee, A.Macke et L.Moilliet, Galerie Cherif Fine Art, Sidi Bou Said

PHOTOS DE VOYAGE - JADIS ET MAINTENANT | 11 Avril > 15 Mai | Exposition de photos, Centenaire du Voyage à Tunis des peintres P.Klee, A.Macke et L.Moilliet, Galerie Cherif Fine Art, Sidi Bou Said

photos-de-voyage-Cent-KleeL’exposition « Photos de voyage – Jadis et Maintenant » confronte des photos d’August Macke de 1914 et des prises de vue de Gabriele Münter de 1904/05 avec le regard actuel du photographe tunisien Wassim Ghozlani, et du photographe allemand, Florian Schreiber. Ghozlani entreprend son voyage à travers le pays en 2010, quelques mois avant la chute du régime autocratique de Ben Ali (1987–2011) et réalise ses «Cartes postales» à partir de 2011. Le photographe allemand Florian Schreiber, voyageur en Tunisie de 2014 un regard donc à la fois double et différent sur un pays à la fois différent et resté égal à lui-même.

 

August Macke (1914)
Gabriele Münter (1904-1905)
Florian Schreiber (2014)
Wassim Ghozlani (2011-2014)

Vendredi 11 Avril 2014, 18H00, Galerie Cherif Fine Art, Sidi Bou Said.

Cette exposition est l’occasion d’une rencontre : celle d’une femme et de trois hommes photographes on ne peut plus différents. Différents quant à leurs origines, leur époque mais également leurs exigences photographiques. Leur point commun est le sujet qu’ils photographient: la « Tunisie ».
Gabriele Münter et August Macke, qui se consacraient avant tout à la peinture et considéraient la photographie plutôt comme un outil supplémentaire, se rendent pour la première fois en Tunisie au début du 20ème siècle. La Tunisie qu’ils découvrent est devenue une ville animée pendant le quart de siècle d’occupation française. Les abords de la Medina sont à présent un quartier moderne, doté de jolies maisons de style Art Nouveau, de cathédrales et de magnifiques avenues le long desquelles circule le métro. Le développement des infrastructures (lignes de chemin de fer et réseau routier) et les débuts de l’extraction de matières premières dans les terres ont permis – à certains tout au moins – de prospérer économiquement.

Cent ans plus tard, les photographes Wassim Ghozlani et Florian Schreiber portent à leur tour leur regard sur la Tunisie. Wassim Ghozlani entreprend son voyage à travers le pays en 2010, quelques mois avant la chute du régime autocratique de Ben Ali (1987–2011). Florian Schreiber se rend en Tunisie en 2014, trois ans après la révolution. Il découvre un pays dans une situation économique précaire, en proie à un fort taux de chômage mais dont le regard est résolument tourné vers un avenir meilleur.

Gabriele Münter, August Macke et Florian Schreiber sont des citoyens allemands. Leurs photographies présentent un regard étranger, un regard extérieur sur le petit pays d’Afrique du Nord, alors que le photographe Wassim Ghozlani, originaire de Tunisie, propose un regard de l’intérieur.

Cette exposition est organisée à l’occasion du centenaire du Voyage à Tunis de Paul Klee, August Macke et Louis Moilliet, au cours duquel August Macke réalisa également ses propres photographies.

Extrait du texte «Photographies de voyage à Tunis - Jadis et Maintenant» de Christine Bruckbauer dans le catalogue « Photos de Voyage – Jadis et Maintenant, Exposition à l’occasion du Centenaire du Voyage à Tunis des peintres Paul Klee, August Macke et Louis Moilliet », Tunis, 2014.

MACKE

sur AUGUST MACKE
Sur les photos en partie floues et surexposées, on aperçoit Macke et ses deux compagnons de voyage, Paul Klee et Louis Moilliet, également membres du Blaue Reiter. Sur un cliché, ils sont debout vêtu d’un lourd manteau à bord du „Carthage“, bateau sur lequel ils ont embarqué à Marseille, sur l’autre ils sont confortablement installés dans des chaises longues sur le pont du bateau. Gabriele Münter s’était bourrée de médicaments contre le mal de mer.
Sur d’autres clichés, on voit Klee et Macke accroupis devant un arbre avec leurs lourds coffrets d’aquarelle en bois . Sur certains clichés, on reconnait August Macke lui-même - preuve que l’appareil photo passait de main en main. Macke appuyait à certains moments sur le déclencheur, à d’autres c’était à nouveau Moilliet. Il n'y a aucune photo les réunissant tous les trois.

 

 

 

 

Florian-Schreiber

sur FLORIAN SCHREIBER
(...) Le 17 mars 2014, Florian Schreiber embarque pour deux heures de vol à bord d’un avion Tunisair au départ de Munich, à destination de Tunis. Avec deux heures de retard, il foule pour la première fois le sol tunisien.
Une chambre d’hôtel lui a été réservée dans le centre-ville, dans un joli hôtel de style Art Nouveau, à proximité de la rue où habitait le docteur Jäggi, le médecin suisse chez qui logeaient autrefois Paul Klee et Louis Moilliet. Les peintres de 1914 sont sans aucun doute passés devant cet hôtel, qui ouvrit ses portes un an avant leur arrivée.

La première journée de travail de Florian Schreiber commence très tôt le matin. Une voiture de location avec chauffeur vient le chercher dès 7 heures pour le conduire à Hammamet. Il est accompagné par Mejdi Bekri, un jeune photographe tunisien.
Comme jadis le trio d’artistes se déplaçait en train, une première halte est prévue à la gare d’Hammamet. La vieille gare au toit rouge à pignons semble ne pas avoir beaucoup changé ces cent dernières années.
Alors qu‘à Hammamet, l’hôtel Yasmine ressemble à une effrayant usine à touristes, un hôtel bordé d’une haie de cactus rappelle plus ou moins la « ruelle creusée dans les cactus » de la photographie de Macke dont parle Klee dans son journal.
Deux jours plus tard, Florian Schreiber se rend à la résidence d’été du docteur Jäggis, sur la plage de Saint Germain, à présent Ezzahra, sur laquelle Macke, Klee et Moilliet ont passé les fêtes de Pâques en 1914. Mais la porte est close. La maison, qui semble à l’abandon, est entourée d’un haut mur orné d'un graffiti "Fantasme"."

 

 

gabriele-muntersur GABRIELE MÜNTER
(...) À quelques exceptions près, les photographies de Tunis ont manifestement été prises dans le but de servir par la suite de support pour des tableaux. Pour preuve, un seul et même motif a été photographié plusieurs fois sous différents angles. Sur de nombreuses photographies, on peut déjà voir les éléments composant un tableau, notamment le positionnement en perspective des objets, les lignes d’horizon horizontales, le travail des diagonales ou le point de vue choisi (photographies d’arcades). Gabriele Münter a manifestement un parti pris conceptuel avant d’appuyer sur le déclencheur.
Comme d’autres voyageurs européens, ses images se focalisent avant tout sur l’exotisme, l’étrange, l’inconnu: le peuple arabe, l’architecture locale traditionnelle, les coupoles, les minarets et les étroites ruelles de la Medina. L’influence européenne à travers la colonisation, la ville moderne et les avancées techniques, comme le réseau ferroviaire ou le métro, sont éludés.
Münter et Kandinsky sont restés très exactement trois mois et dix jours en Tunisie. (...)

 

 


Wassim-Ghozlanisur Wassim Ghozlani

Wassim Ghozlani (né en 1986) veut une fois pour toutes tordre le cou aux clichés qui ternissent l’image de son pays. Au lieu de cela, il veut montrer au public la vraie’ Tunisie authentique’ : „Les photos de la série « Postcards From Tunisia » sont là pour révéler la vraie Tunisie et sa valeur, là où les habitants ne perçoivent qu’un quotidien indigne d’interêt.“
Pendant plus de trois ans, l’artiste parcourt les 24 gouvernorats de son pays natal. Chaque fin de semaine, il monte dans sa voiture et prend le large. Comme il s’écarte surtout des sentiers touristiques, il parvient dans des régions assez peu médiatisées jusqu'à maintenant.


www.wassimghozlani.com

 

 

 

photos-de-voyage-Klee

Galerie Cherif Fine Art
FB Event

Centenaire du voyage à Tunis des peintres Paul Klee, August Macke et Louis Moilliet (le programme)