In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie Arts Plastiques : M’hamed Mtimet (1938-2011) Un artiste authentique s’en va

Arts Plastiques : M’hamed Mtimet (1938-2011) Un artiste authentique s’en va

mars2011/Mhamed-MtimetA l'occasion de la Cérémonie commémorative du 40ème jour du décès de M’hamed M’timet, qui aura lieu lundi 21 mars de 17:00 à 21:00 à El Teatro - el Mechtel (événement facebook crée par 'Racem M'timet), à lire et relire l'article de Brahim AZZABI et le vibrant hommage de Houcine TLILI:

 

Arts Plastiques : M’hamed Mtimet (1938-2011)
Un artiste authentique s’en va

La scène culturelle plastique a  été secouée par la  perte du plasticien M’hamed Mtimet qui a subi à la mi-janvier une attaque cardiaque, et a succombé le jeudi 10 février 2011.
— Né en 1938 à  Zarzis, doué en dessin depuis sa prime jeunesse, il a fréquenté l’Ecole des beaux-arts de Tunis pour entrer,  vers le début des années 1960, dans la scène artistique.
Il a  suivi les cours des grands pédagogues et dessinateurs de l’époque : Fage, Arnaud, Hue…
Mtimet est avant tout aquarelliste et dessinateur, et compte parmi les premiers artistes tunisiens qui se sont penchés sérieusement sur la tapisserie artistique au même moment que H’mida Wahada  qui, lui, s’est orienté vers l’artisanat.
Mtimet a convaincu Safia Farhat, directrice de l’Ecole des beaux-arts depuis 1965, pour intégrer l’enseignement de la tapisserie à l’Ecole.
Le monde de Mtimet est inspiré essentiellement du Sud tunisien. Il peint des caravanes, des scènes de la vie quotidienne campagnarde, des chevauchées en  aquarelle et à l’huile, des scènes du monde marin de Zarzis.
Mtimet est attaché à la figuration quasi académique, et a maintenu sa vision du monde qui  consiste à figurer les éléments traditionnels, des signes, des personnages dans des compositions simples, mais chargées d’une fine sensibilité.
En s’installant dans la banlieue nord, il a depuis des années formé plusieurs jeunes et moins  jeunes amateurs d’art; il exposait avec eux à El Teatro au mois de juin de  chaque année. Vers 1989, il a participé dans le cadre de l’embellissement des entrées des villes, avec Abderrazek Sahli et d’autres, à  l’installation de monuments au Nord-Ouest, au Centre et au Sud de la Tunisie.
M’hamed Mtimet a été fidèle à la galerie Aïn au Kram/Salammbô de Mohamed Ayeb, ainsi qu’à la galerie Saâdi à Carthage. Il a été actif au sein de l’Union des artistes plasticiens, proche de Zoubeïr Turki, le  principal fondateur de l’Union, et a aussi participé à la fondation de l’Union arabe des plasticiens.
En 1970, il fonda avec Makni, Bekri, Zneïdi et d’autres le Groupe 70 qui avait pour principal objectif de vulgariser la peinture et de toucher toutes les régions de Tunisie.
M’hamed Mtimet, repose en  paix. Les plasticiens ne t’oublieront jamais,
Que le Tout-Puissant t’accueille dans Son immense Paradis.
      __________________________________________________________________________

Que de talents !

M’hamed Mtimet n’est plus ! Ami très fidèle, tu étais un artiste complet, voire pléthorique, et qui a touché à tous les genres artistiques. Actif jusqu’à l’excès, il était également animateur et enseignant d’arts plastiques très apprécié des jeunes et des animateurs d’art à qui il dispensait des cours sur les techniques plastiques, le dessin et les couleurs.
Il possédait en outre le don d’accompagner tous les apprenants, quel que soit leur âge, pour les introduire dans l’art de la peinture et de la tapisserie.
M’hamed était également un aquarelliste très habile, suggérant, en un mouvement rapide et léger, les formes et les espaces. Sa peinture privilégiait la mise en forme des grands espaces de son Sud natal et de son Kram d’adoption.
M’hamed a beaucoup travaillé et exposé. Ses toiles mais aussi ses tapisseries ont participé à ancrer, sur la base d’un artisanat populaire, une pratique moderne très expressive. Il pouvait également remplir les espaces de nos villes d’ensembles sculpturaux significatifs.
M’hamed Mtimet n’a jamais reculé devant les difficultés de la vie. Il ne s’avouait jamais vaincu… Seule, peut-être, la mort a eu raison de lui !
Houcine TLILI

Auteur : Brahim AZZABI
Ajouté le : 12-02-2011

Source

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka