In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie A la Galerie Kanvas : Omar Bey : Un langage de matières à décrypter

A la Galerie Kanvas : Omar Bey : Un langage de matières à décrypter

avril2011/affichefinal

Au cœur de l’intimité de cette galerie, baignée d’une lumière apaisante, presque en contradiction avec la tension des toiles exposées, l’artiste aborde les thèmes qui le préoccupent. Omar Bey fait fonctionner son imaginaire, son regard fixe un monde pluriel et singulier pour apporter un espace plastique symbolique et narratif. Sa main n’est pas taillée dans la pierre comme celle de Rodin mais plutôt dans le béton, opposant à la robustesse de ce dernier, la fragilité et la délicatesse de la faïence et du papier.

Rencontre avec un monde différent qui restitue aux visiteurs l’émotion et le désarroi ressentis.

Donner à voir les questionnements qui ont surgi ces derniers temps, fil conducteur du travail.

Les dimensions de certains de ses tableaux nous submergent, la puissance des couleurs et leur intensité soulignent la frontière entre la réalité et la représentation.

Il y a dans son œuvre une forme de vérité, quelque chose qui vient bouleverser la froideur cynique du monde et lui redonne le sens de l’avenir faisant que sa peinture reste patinée d’une humanité à la fois pudique et exubérante.
On est loin d’une peinture surannée et strictement académique.

A travers les différents degrés de lecture, on voit des amalgames de corps passés sous une voiture, une mise en scène des moments d’actualité rejoués sur le support avec « La fuite » où la violence peut paraître palpable.

Sur La densité de la matière s’ouvrent des espaces de couleurs et de lumière qui permettent une lecture aisée de l’œuvre. De la simple toile peinte « ô bar de la plage », à la faïence incrustée dans le béton, en passant par le papier déchiré , la rouille , le verre , le bois.... il nous offre un langage de matières à décrypter, délicates ou robustes.

Un Langage caustique est offert à décrypter aussi derrière l’araignée, la « Sale bête ».

Puis on peut reconnaître un Kadhafi éphémère derrière le « Portrait d’un salop » on ne sait plus si c’est de « l’art » ou du cochon mais une tête en trois dimensions s’éloignant de la peinture pour se rapprocher de la sculpture, faite de lard pour retracer le portrait d’un cochon…. avec « le poids du faire »… à découvrir jusqu’au 16 avril 2011.

Nadia ZOUARI

Source : Le Temps Edition électronique

voir événement:
Du samedi 26 mars au 16 avril - Kanvas Art Gallery, La Soukra - Exposition "le poids du faire" - de Omar Bey

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka