In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie Exposition au Palais Kheïreddine - “La Révolution et pas seulement” de Mourad Harbaoui : Pouvoir suggestif; et: Mourad Harbaoui au Palais Kheireddine (*) : A la rencontre du ton retrouvé

Exposition au Palais Kheïreddine - “La Révolution et pas seulement” de Mourad Harbaoui : Pouvoir suggestif; et: Mourad Harbaoui au Palais Kheireddine (*) : A la rencontre du ton retrouvé

avril2011/mourad-harbaouiVendredi dernier, l’artiste peintre Mourad Harbaoui faisait sa « révolution et pas seulement » lors d’une exposition programmée au musée de la ville de Tunis (Palais Kheireddine). L'exposition compte une trentaine de tableaux, inspirés de l'ambiance exceptionnelle de la révolution du 14 janvier à laquelle le peintre a composé des oeuvres de formats divers où il a révélé  l'expression d’une démarche mêlant avec aisance à la fois le figuratif et l’abstrait.


Dans cette exposition à laquelle Ezzedine Bashchaouch, ministre de la Culture a assisté au vernissage, Mourad Harbaoui n’est pas resté indifférent à l’événement et  a tenu à exprimer par son talent plein d’audace et de grâce,  ses sentiments fougueux, emportés comme l’étaient tous les Tunisiens, le 14 janvier. Il s’est inscrit dans le contexte de la révolution et de sa ferveur pour raconter cette page historique de la Tunisie avec une palette imprégnée de beauté artistique.

Technique mixte, acrylique et huile sur toile caractérisent les tableaux exposés. Toujours sur le registre révolutionnaire, le peintre représente le drapeau national dans un grand format. Les taches blanches incrustées dans un magma de couleur rouge donnent un sens profond à la dimension patriotique plus que jamais renforcée en cette période de rupture avec l’ancien régime déchu.

Mourad Harbaoui, peintre autodidacte, reproduit avec beaucoup de spontanéité, les moments les plus angoissants comme ce visage totalement défiguré qui semble touché par la balle d’un sniper. La bouche ouverte et les yeux crevés disparaissent sous une couche épaisse de peinture savamment répartie. Les couleurs contrastées sont apposées sans qu’aucun contour ne les cerne. La technique est épurée pour un rendu empreint de sincérité.
avril2011/toile2
Ce style absolument fulgurant est le fruit d’expériences répétées que Mourad Harbaoui a acquises depuis le début des années 90 en suivant plusieurs formations académiques en Tunisie et à l’étranger. Reconnu et confirmé un peu partout dans le monde, il a eu l’honneur de représenter la Tunisie à l’exposition universelle de Shangaï en 2010. Il a forgé son propre langage en côtoyant d’autres artistes ce qui lui a valu d’enrichir ses thématiques tout en révélant des couleurs fort contrastées.

La singularité de l’oeuvre de Mourad Harbaoui réside dans son chromatisme et la combinaison des personnages et de la nature dont la trajectoire est soulignée par des lignes et des courbes qui révèlent leur condition. Sur le plan technique, le peintre n’innove pas tellement. Même s’il ne restitue pas la réalité objective telle qu’elle est, il procède par des suggestions laissant de la sorte, transparaître un monde imagé par ses soins.

La thématique de l’environnement urbain occupe une place prépondérante dans l’itinéraire pictural de Mourad Harbaoui, habité par la ville et la médina arabe. Il dote ses compositions d’un pouvoir suggestif lié à la lumière qui en émane. C’est donc la face cachée et imperceptible qui apparaît dans toute sa luminosité dans les tableaux de cet artiste qui a su mettre en valeur l’articulation de la composition et la richesse de la gamme chromatique. C’est pour toutes ces raisons et d’autres que l’exposition mérite d’être vue.

Tunis - Samedi 16 avril 2011

Inès Ben Youssef - Source: Le Temps édition électronique

                              --------------------------------

Tunisie - Exposition : Mourad Harbaoui au Palais Kheireddine (*) : A la rencontre du ton retrouvé

avril2011/harbaoui-1
Contrairement à toutes les expressions artistiques ou littéraires, la peinture a cet avantage de n’être jamais sujette à la censure. Dans un pays comme le nôtre, les créateurs avaient régulièrement, jusqu’à il y a quelques mois, tenu compte, parfois inconsciemment, de cette contrainte pour proposer des produits où on sentait l’auteur comme engoncé dans son œuvre, mains et esprit liés. Même la peinture, pourtant incontrôlable ou insaisissable, en tout cas libre comme le vent,  se gardait de s’attaquer à des thèmes pouvant heurter de front certaines lignes rouges tracées par un système totalitaire contondant.


Aujourd’hui, c’est-à-dire après le 14 janvier, les plumes comme les pinceaux se sont déchaînés : alors que les premières se sont déliées, les seconds sont allés chercher l’esthétique – e le dramatique – jusqu’au bout du beau. Tous, en somme, ont retrouvé le ton perdu.

Intitulée « La Révolution…, et pas seulement », cette exposition de Mourad Harbaoui dédiée à la Révolution tunisienne est en soi une révolution. Focalisée sur l’individu (donc ni paysage ni nature ni monuments), elle est une peinture de situations. Les formes humaines, oscillant entre le figuratif et l’abstrait, disent en effet des situations complexes et dramatiques où on peut lire le désarroi, l’abîme, la perdition, la révolte, le tout corroboré par des tons d’un rouge sang d’une opacité translucide, parfois hermétique. Tantôt formant une procession, tantôt une étreinte, les formes se détachent, s’émiettent, se perdent, se retrouvent, se ramassent et s’enlacent dans une mêlée ensanglantée, douloureuse, témoin d’une victoire à la Pyrrhus, très cher payée.

avril2011/harbaoui-2
Témoin, comme tous les Tunisiens, des différentes manifestations qui ont secoué les rues du pays, Mourad Harbaoui s’est fié à ses pinceaux pour le dire ; dire ce ras-le-bol général, cette rébellion née de la souffrance et de la frustration, cette révolution née de la colère et engagée avec – et dans –  beaucoup de sang. Seules la lumière et la beauté de ces œuvres disent que, malgré tout, l’espoir n’est pas perdu. Et surtout que l’expression a retrouvé son ton fort et sa liberté confisquée.

(*) Jusqu’au 30 avril 2011.
Auteur : M. Bouamoud - Source: Webmanagercenter


                              ---------------------------------

harbaoui_toileVoir événement: Du vendredi 8 au samedi 30 avril 2011 - Musée de la ville de Tunis Palais Kheireddine - « La révolution… et pas seulement» - Exposition picturale de Mourad Harbaoui

Pour en savoir plus sur l'artiste: Mourad Harbaoui au Palais Kheireddine : Une sensualité picturale

 

"La révolution..et pas seulement'', une exposition de l'artiste peintre Mourad Harbaoui
Harbaoui au Palais Kheïreddine : Ce soir, le vernissage

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka