In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home TAGPress Tunisie Exposition de groupe à la Bibliothèque nationale : L’acte libérateur…

Exposition de groupe à la Bibliothèque nationale : L’acte libérateur…

avril2011/lacte-liberateur«2.011 extraits» est l’intitulé de la première exposition d’arts plastiques hébergée, depuis le 15 avril 2011, par la Bibliothèque nationale. Une initiative de sa directrice, Olfa Youssef, qui a demandé à Nouhed Jmaïel, une universitaire férue d’art, d’organiser un premier rendez- vous autour des arts plastiques. Comme pour le cas de toutes les premières, la tâche ne fut pas évidente, aux dires de cette dernière, mais cela en valait la chandelle et le résultat est plus que satisfaisant. «Ma satisfaction réside en l’intérêt que certains novices portent à cette exposition. Certains qui n’ont jamais été en contact direct avec une œuvre d'art ont pu ainsi en contempler, in situ, quelques-unes», avance-t-elle, dans ce sens.


L’espace est plus qu’idéal. On se demande, d’ailleurs, pourquoi il a fallu tout ce temps pour l’exploiter, mais après-coup, on met cela sur le compte de la «médiocratisation» prêchée par le régime Ben Ali. Un espace bien en profondeur, dont les murs, d’un blanc immaculé, confèrent une luminosité naturelle. Le bon éclairage «artificiel» ne fait que ressortir cela. En somme, un bon intérieur et de bonnes conditions pour exposer. Reste à voir les œuvres…
«Il n’ y a pas d’art sans résistance, autant qu’il n’y a pas de révolution sans art», lit-on en entamant le petit catalogue de l’exposition. La note est donnée;  il s’agit bien de lectures autour de l’art et la révolution.


Oussama Troudi, l’auteur du texte inaugural de l’exposition, remet à jour trois de ses grands fusains sur toile (Six mètres, All Star et Penalty) présentés dans son exposition individuelle «Hymne à…», le 18 février dernier à Artyshow.

Plus loin, c’est le "cours de démocratie», un diptyque en technique mixte de Nabil Saouabi, qui  attire, avec ses couleurs pop. Deux primates, sur un fond parsemé de fleurs éparses et de graffitis où on lit «dégage», ou encore (en arabe) «les animaux appellent au non-respect de la démocratie et des droits de l’Homme», y donnent des leçons de démocratie…Une vision caricaturale de la dictature.

Adnène Haj Sassi nous parle de confusion, un diptyque acrylique sur toile, où, à travers un jeu de symétrie, deux figures se confondent et se perdent…


Halim Karabibene nous propose quatre clichés de photographies numériques en noir et blanc, à l’esthétique surréaliste. Entre assemblage et mise en scène de petites figurines qui se déploient autour d’une cocotte minute (zoo révolution, Ben Laden come back et Hannibal come back to rescue the musem), l’artiste nous parle, entre autres, de ce bouillonnement national et du soldat-peintre, pelle à la main, du comité populaire pour la protection du MNAC (Musée national d’art moderne et contemporain de Tunis).


Le chanteur et calligraphe Yasser Jradi est également de la partie, avec trois travaux en hommage à l’illustre poète national Aboul Kacem Chebbi. Ainsi peut-on lire, entre autres, inscrit en grand, à l’encre et à travers une installation lumineuse, le fameux vers : «lorsqu’un peuple veut la vie, force est au destin de répondre…».

De la sculpture au rendez-vous aussi, avec les figures en résine de Mourad Ben Brika. Par ailleurs, l’on ne peut passer outre les saisissants «encre sur papier» du graveur et universitaire Imed Jmaïel. Attroupement et peuplement graphique de ses extrapolations linéaires. Les ondulations linéaires se font mouvement, forme et sujet. L’encre se fait agora…


Dans certains cas, les œuvres exposées datent d’avant 2011, mais elles demeurent plus que jamais d’actualité. C’est le cas de l’aquarelle «La révolte des ouvriers» (1996) de l’authentique graveur Mohamed Ben Meftah, qui nous présente également  son hommage à Guernica de Picasso (2007), une remarquable pointe sèche qui figure son acuité du geste.
Omar Bsaies remet également à jour et au jour une série de photographies numériques prises en 1994. Entre-temps, les images filmées «Deux minutes de Tunis» de Oussama Troudi continuent de défiler sur un écran  télé suspendu.

L’exposition compte également des peintures de Ali Ridha, de Ahmed Akkari et des aquarelles de Mourad Ben Brika.  Elle se poursuit jusqu’au 30 avril. A ne surtout pas rater.

Auteur : Meysem M.
Ajouté le : 27-04-2011
Source: La Presse de Tunisie

Pour en savoir plus :

voir événement: Vendredi 15 avril · 17:00 - 20:00 - "Extraits 2011" - Vernissage de l'Expo de groupe- Bibliothèque nationale, Tunis

Lire également: Exposition de groupe à la Bibliothèque nationale : L'art et la résistance

 

tagalerie-accueil

 

tagoeil

catalogue-salon-artistes-tunisiens

Kritik-d-Art


 

Facebook Fan Page TAG-TunisiArtGallerieskom-koilogo-yaka