In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home Critik'Art & reflexions Jeux de l'art et du chaos au Printemps des arts 2011

Jeux de l'art et du chaos au Printemps des arts 2011

mai2011/printemps-arts-plastiques-la-marsa2010Edito du PRINTEMPS par le professeur Houcine Tlili, historien de l'art!

Jeux de l'art et du chaos au Printemps des arts 2011

La réalité des bouleversements, aujourd'hui, dans notre pays s'ouvre sur une sorte de basculement dans le vide et dans le chaos de nos valeurs et de beaucoup de nos conceptions du monde.

Il semblerait que le chaos nous entoure de partout et nous étreint même !

Le chaos joyeux de nos manifestations pacifiques pour la liberté ou dramatique de nos martyrs, des incendies de nos rues et de nos cœurs envahis, envahit tous les coins et recoins de notre vie, de nos espaces sociaux, urbains, culturels et artistiques .

La scène artistique connait ainsi depuis quelques mois une effervescence, un éclatement sans pareil qui lui fait perdre une fois pour toutes sa marginalité ontologique, lui procure un ancrage social et une légitimation qui l'intègre dans notre histoire .

L'acculturation de l'art pictural n'est plus de mise en Tunisie !

Rares mais violents ont été les moments où notre histoire contemporaine s’accélère et où les turbulences en se multipliant nous jettent dans des situations chaotiques inédites de renversement des valeurs et des idéaux .

Les valeurs esthétiques de "torpeur" laissent la place à la violence des soubresauts de la dérision .

Les belles représentations tranquilles, sereines, a-historiques laissent la place aux références de guerre, de Guernica, d'Omar Bey dans le veau d'or, du cynisme et de l'humour dévastateur et onirique de Mohamed Ben Slama et de Nabil Saouabi !

Les belles réalisations de natures mortes, de belles marines, des médinas aux rues endormies et des nus figés semblent avoir vécues ....

Nos paysages idéalisés et idylliques connaitront-ils le même sort ?

Même les belles harmonies silencieuses de nos arabesques et de nos calligraphies s'étirant sans fin vont peut être, être rejetées ou remodelées .

Les couleurs ne sont plus dans un bel ordre assemblées .

La belle ordonnance est dérangée !

Le printemps des arts 2011 va-t-il confirmer toutes ces premières annoncées depuis quelques temps lors des expositions de l'Aire libre d'El teatro, de Kanvas et de la galerie Ammar Farhat ?

Sommes-nous à la veille d'une élaboration d'une nouvelle donne dans nos arts plastiques et dans notre représentation du monde et de nous mêmes ?

Le fait d'avoir traversé la tornade et d'avoir trempé nos ailes dans le chaos  de notre quotidien, nous autorise-t-il pas à prévoir l'immédiateté d'une rupture somme toute historiquement légitime dans la pratique artistique de notre pays .

L'art va-t-il se nourrir de ses chambardements, de ces turbulences, d'un lever de jour incertain ou bien va-t-il sombrer dans l'informel, l'indéfini et le vide du chaos ?

Peut-être est-il trop tôt pour que l'art pictural en Tunisie puisse se saisir des nouvelles possibilités que l'histoire lui offre ?

A défaut de répondre à toutes ces questions , nous sommes en droit de savoir comment certains de nos artistes vont peindre, sculpter, graver, photographier ou réaliser des installations ?

Presque deux cent artistes vont participer dans les différents espaces et galeries liés à ce 9ème Printemps des arts de La Marsa .

Nous ne serons pas surpris de les voir y exposer des oeuvres d'un genre nouveau ou de nouvelles synthèses !

Les artistes invités d'honneur vont donner le ton et indiquer l'atmosphère novatrice dans laquelle le Printemps se tiendra .

Aicha Filali, iconoclaste à souhait, toujours à l'affut de la vérité, continuera, autrement, à la traquer dans l'insolite du réel ou dans ses interstices .

Halim Karabibene va-t-il poursuivre son travail réfléchi, minimaliste et le grouillement de ses formes fantasmagoriques ou bien va-t-il les soumettre à une déstructuration ?

L'invitation de Filali et Karabibene reflète, d'une manière exceptionnelle, la préoccupation  des organisateurs du Printemps, de solliciter des plasticiens qui créent du côté du concept et développent des démarches plastiques ancrées dans l'ici et maintenant , dans la matérialité contemporaine !

D'autres artistes et non des moindres vont animer l'espace du Printemps , tels que  Lamine Sassi, Dali Belkadhi, Asma M'naouar, Zied Lasram, Mourad Harbaoui, Najet Gherissi, Hela Briki, Omar Bey, Noutayel Belkadhi, Yasser J'radi, Mohamed Ben Soltane, Rabaa Skik, Nehla Dkhili, Tarak Khalladi, Thameur Mejri, Othman Taleb, Hela Lamine, Rania  Werda, Sadok Mejri .....et des dizaines de jeunes et moins jeunes tout aussi intéressants !

Tous ces plasticiens ont subi de plein fouet les derniers bouleversements et tous sont saisis par le désordre et le chaos qui les entourent  !

Comment vont-ils y répondre ?

Vont-ils flatter le chaos par sa mise en scène ou bien le sublimer pour l'oublier ou bien encore l'intégrer en l'ordonnant  ?

Tout art est constructif même dans les limites du formalisme ou de l'informel !

L'artiste joue parfois à créer le chaos, à l'imiter ou à le transcender .

En fait, le chaos n'est pas destructeur .

Il est comme le dit Hésiode  : Naissance, être et devenir !

Le chaos est en fait créateur . Il est commencement !

Houcine Tlili

publié par Mahmoud Chalbi, mercredi 11 mai 2011, 11:16