In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home Histoire de l'Art & de l'Artiste Ammar Farhat (1911 – 1988)

Ammar Farhat (1911 – 1988)

Ammar_Farhat-portraitIl naquit à Béja en 1911 et s’installa avec sa famille à Tunis à partir de 1918 dans le quartier de Bâb Sâadoun. Orphelin à cinq ans. Autodidacte, Ammar Farhat fut instruit à l’école de la rue. Adolescent il fut d’abord revendeur de fruits, marchands ambulants, ouvrier dans une manufacture de tabac, puis dans une fabrique de pâte ensuite boulanger de nuit. Athlète, il se prit de passion pour la boxe.

Il découvrit à 15 ans ses talents d’artiste et réalisa ses premiers portraits au fusain ; il acheta sa première boîte de couleur à 25 ans. Depuis, il utilisa son sens inné des formes et des couleurs pour reproduire des scènes de la vie populaire dans un style simple mais chargé d’émotion.

En 1937, il participa au salon tunisien, où il fut remarqué par Jacques Revault et Alexandre Fichet. Sa première exposition personnelle tenue dans le hall du petit matin remonta à 1938 et sa première grande exposition personnelle qui le confirmera en tant que peintre en 1940.

Le prix de la jeune peinture tunisienne lui a été décerné au cours d’une exposition au Salon tunisien en 1949. La somme de 100.000 francs et un voyage à Paris lui furent également offerts. Il se rendit entre 1940 et 1960 à Paris, à Rome, en Suède et en URSS et s’initia à la peinture classique et moderne.

La deuxième guerre mondiale éclata alors qu’il se trouvait à Paris pour une exposition. Le jeune artiste regagna son pays d’urgence et s’installa dans la région du Cap Bon, où il continua à peindre des thèmes liés à la représentation des cérémonies, comme le deuil et la fête.



Après la guerre, il reprit des activités pour peindre des vedettes du cinéma, de la chanson ainsi que les sujets les plus populaires tels que des mères tatouées, des noirs, des musiciens et des danseurs misérables mais joyeux. Chez les plus démunis, il chercha la richesse en soulignant leur fierté à l’inverse des Orientalistes qui soulignèrent l’aspect misérable du peuple. Ammar Farhat faisait partie, dés 1947, du groupe des dix et il fut également membre de l’Ecole de Tunis.

Source : Les Pionniers de la peinture en Tunisie - Ministère de la Culture.

FB page