In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home Histoire & Ar'chive

Histoire de l'Art et de l'Artiste

"Tant qu'il y aura des artistes...la Tunisie ne sera jamais monochrome..."
Léah-Véra Tahar

Scènes picturales de la fin du XIXème siècle aux années 1960 Hasna Touati (Université de Tunis I)

livret-salon-tunisien-1912Il est du devoir du chercheur tunisien de retracer le cheminement qu’a parcouru cette pratique artistique, « surtout qu’en France, par exemple, aucun musée, aucun institut de recherche, aucune bibliothèque ne sont consacrés à l’histoire des arts plastiques des pays du Maghreb pour la période de l’art moderne de 1860 à 1960. L’institut du monde arabe ne prend en compte que la peinture contemporaine »*. Il est donc de notre devoir d’écrire l’histoire de la peinture tunisienne étant donné son importance en tant qu’un système visuel, comparée à la sculpture par exemple, et son rôle dans le mouvement civilisationnel de la Tunisie du XXe siècle.

*Abeasis P., « Le Salon tunisien, espace d’interaction entre des générations de peintres tunisiens et français », In Actes du colloque : les relations tuniso-française au miroir des élites, publications de la faculté des lettres de Manouba, 1997, pp. 229-254

De g. à dr. : Edgar Naccache, Henri Saada, Jalel ben Abdallah, Jules Lellouche, Maurice Bismuth, Max Moreau, Moses Levy, Yahia Turki, Pierre Boucherle, Abdelaziz Gorgi.

De g. à dr. : Alexandre Fichet, Alexandre Roubtzoff, Ammar Farhat, André Delacroix, Antonio Corpora, Emile Pinchart, Nello Levy, Pierre Boucherle, Zoubeir Turki.

Il est important de rappeler que la Tunisie possède un héritage artistique considérable. Certaines pratiques, comme la peinture sous-verre, la céramique et la tapisserie, remontent à plusieurs siècles.

Lire la suite...

 

Capitaine au long court qui n'a jamais baissé la tête. Hommage à Hechmi Ghachem.

Hechmi-GhachemIl était l’être le plus doux de la terre, et il n’avait pas choisi d’être dans les marges. On l’y avait acculé. Sa légende l’avait toujours précédé. Parce qu’il était pudique, parce qu’il était humble justement, et qu’il était très fier, il fallait qu’il se cache derrière une carapace de faux « dur-à-cuire » qu’il n’a jamais été réellement, pour donner le change, pour se protéger, car en réalité, il avait l’âme et le cœur d’un poète, et chez lui, cela avait un sens. Du coup, il dérangeait.Il dérangeait « l’establishment », qui n’a jamais aimé les esprits libres, et ceux qui choisissent de nager à contre-courant, parce qu’ils sont en quête de vérité et que lui affectionne les eaux troubles, là où la fange tue dans l’œuf tout idéal de pureté, caressant plutôt les conformismes les plus bas, nivelant dans les caveaux, et refusant de regarder le ciel, de peur d’être écrasé par trop de lumière, ce qui irait à l’encontre de ses aspirations aux antipodes ; et tous ceux nombreux, qui se sont à chaque fois dressés sur son chemin, se donnant le mot pour lui barrer la route, le renvoyant dans les lisières, faute de pouvoir être comme lui : dans les hauteurs. « Là où il n’y a pas d’encombrements… ». Dixit De Gaulle. Alors, lui un fils de marin, l’enfant de Mahdia, changeait de cap...

Lire la suite...

 

Lucien Charles Timsit (1910-2007)

Charles-Timsit-portrBWNé le 30 avril 1910 à TUNIS, et décédé le 21 septembre 2007 à Paris.
Etudes de dentisterie à Marseille où il fréquente l'Ecole des Beaux Arts dès 1931 et pendant toute la durée de ses études.
S'installe en tant que chirurgien dentiste à Tunis en 1936 où il suit les Beaux Arts de Tunis jusqu'à 1940 avec le Pr Armand Vergeaud et les peintres Henri Saada, El Mekki, Roubtzoff, Yahia, Gorgi...

Il expose régulièrement ses aquarelles et sculptures au Salon Tunisien de 1943 à 1962.
En 1947, il organise une exposition personnelle à la Galerie41 de Tunis.
En 1960 il est élu membre du jury de sculpture et aquarelle à l'institut de Carthage et au Salon Tunisien.

Lire la suite...

 

Mahmoud Sehili (1931-2015)

Mahmoud-Sehili-portrait"Ma mère a éduqué mon œil et mon père a éduqué mon oreille. Si je n'avais pas été peintre, j'aurais été musicien."

Mahmoud Sehili est né à Tunis le 27 juillet 1931.

Etudes à l'Ecole des Beaux-Arts de Tunis, de 1949 à 1952
Etudes à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1953 à 1960
Professeur à l'Ecole des Beaux-Arts de Tunis de 1960 à 1980
Prix de la ville de Tunis en 1963
Séjour à la Cité Internationale des Arts à Paris en 1966
Cofondateur en 1975 de la Galerie IRTISSEM à Tunis et en assure la direction

 

Lire la suite...

 

Moncef Ben Amor (1943 - 1990)

Moncef-Ben-Amor-portraitMoncef Ben Amor, né le 27 Mai 1943 à Tunis, diplomé de l'Ecole des Beaux Arts de Tunis, une année à l'Ecole Nationale supérieure des Beaux Arts de Paris au sein de l'Atelier de M. Legueult.
Décorateur à la télévision.
Des expositions personnelles à la même Galerie de l'Information 74, 77, 79 et 81.

"Si l'amour...est fonction de la tristesse de l'homme, l'amitié est fonction de sa lâcheté; et si ni l'un ni l'autre ne peuvent se réaliser à cause du caractère impénétrable (isolement) de tout ce qui n'est pas "cosa mentale", du moins l'impossibilité de la possession en amour peut avoir la noblesse du tragique, alors que la tentative de communiquer là ou nulle communication n'est possible est une pure singerie, une vulgarité ou une abominable comédie, telle que la folie qui tiendrait conversation avec le mobilier". - Samuel Beckett -

Lire la suite...

 

Page 1 sur 10