In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player
Joomla! Slideshow
Home Histoire & Ar'chive

Histoire de l'Art et de l'Artiste

"Tant qu'il y aura des artistes...la Tunisie ne sera jamais monochrome..."
Léah-Véra Tahar

Paul Klee, Louis Moilliet et Auguste Macke, le voyage en Tunisie(1914)

klee-en-tunisieLe voyage  des trois peintres, Auguste Macke, Paul Klee et Louis Moilliet à Tunis en avril 1914 à plus d’une signification dans l’histoire de l’art . Il a révélé au sein de la création artistique, et notamment picturale, une nouvelle dimension qu’on peut caractériser comme une expérience tout à fait originale concernant la perception de l’espace et l’application bien variée des formes et des couleurs. Mais c’est avant tout le récit d’une rencontre fructueuse entre le Nord et le Sud, l’Occident et l’Orient, puisque le résultat de ce court voyage a rassemblé aussi bien les peintres du Nord que les paysages du Sud, le regard occidental sur un certain espace et un milieu culturel oriental. Dans ce sens, on peut même parler d’une symbiose esthétique.

1-Klee en Tunisie  2-Klee "Sidi Bou Said"  3-Louis Moillet  "Kairouan"  4-Macke en Tunisie

Paul Klee est né à Münchenbuchsee près de Berne (Suisse) le 18 décembre 1879, dans une famille de musiciens.
Il a des dons pour le violon et joue dans réorchestrer municipal avant de passer son baccalauréat. Il se rend à Munich de 1898 à 1901 pour y étudier la peinture. De 1901 à 1902, il séjourne en Italie. De 1902 à 1906, il poursuit ses études d'Académie à Berne. Il effectue son premier voyage à Paris en 1905  En 1906, Klee épouse la pianiste Lily Stumpf et s'installe à Munich. Lily subviendra pendant plus de dix ans aux besoins du ménage en donnant des leçons de piano. Klee découvre oeuvre de Van Gogh puis celle de Cézanne, le " maître par excellence ". En 1920, il est nommé professeur au Bauhaus de Weimar En 1925, il participe à la première exposition surréaliste à Paris En 1931 il quille le Bauhaus pour l'Académie de Düsseldorf. Deux ans plus tard, il est révoqué sous la pression des nazis. Bouleversé, il se réfugie à Berne, sa ville natale. Sa santé, cependant, se dégrade rapidement ; en 1935, il subit les premiers assauts de la sclérodermie. En 1937, Braque et Picasso font le voyage de Berne pour lui rendre visite. Les œuvres de Klee appartenant aux collections publiques allemandes sont confisquées ; dix-sept d'entre elles figurent à l'exposition de " l'art dégénéré " à Munich. L’inventaire de son oeuvre, effectué en 1939, regroupe pas moins de 1253 oeuvres. En 1940, le Kunsthaus de Zurich expose un ensemble des œuvres récentes de l'artiste, exécutées à partir de 1935. Le 29 juin 1940, Paul Klee meurt de paralysie du muscle cardiaque à Muralto au Tessin.

Paul Klee - Hammamet with Its Mosque, 1914

Paul Klee (1879–1940) (Engl)

 

Beaux-Arts Années 50

L'Ecole des Beaux-Arts de Tunis : Créée en 1923, elle est dirigée par le peintre Jean Antoine Armand Vergeaud de 1927 et jusqu'en 1949, date de sa mort. Elle accueille dans les années 30 le premier élève d'origine tunisienne, Ali Ben Salem, dont l'œuvre s'inspire des miniatures.

Photo 1 : 1953 au café de Paris - De dr. à g. : Abdelaziz Gorgi, Pierre Boucherle, Moses Levy, Gaetan Mifsud, Ammar Farhat, Yahya Turki et Emmanuel Bocchieri.
NB : Les catalogues des expos de 1958 et l'affiche de la caisse d'épargne de Tunisie sont des créations de Marina Baldasseroni, les dessins sont de René Lombard, élèves d'Abdelaziz Gorgi.
Coll. Marina Baldasseroni

 

Dante Alighieri Années 50

giornaleditunisi1958-ExpoDanteAlighieriIstituto Italiano di Cultura di Tunisi
L’Institut Culturel Italien à Tunis, fondé en 1961 par Attilio Molco, avocat , eut son premier siège dans les locaux de l'Institut Culturel "Dante Alighieri"

Lire la suite...

 

Peinture : Yahia Turki et l'Ecole de Tunis

HISTART/reflexions/alecsoL’art plastique en Tunisie s’est développé au début du 19ème siècle par le biais des Turcs, et ce, à travers la peinture sous verre, portant sur des thèmes universels impliquant la conscience collective, loin de toute démarche subjective de l’artiste.

Lors de la dernière décennie du 19ème siècle, une nouvelle tendance artistique a vu le jour avec le recours à la peinture de chevalet, se basant sur l’individualité de l’artiste qui se débarrasse de plus en plus de l’esthétique collective pour asseoir sa propre vision des choses et célébrer ainsi sa propre sensibilité.
 Le premier Tunisien qui s’est aventuré dans cette voie était Ahmed Osmane qui a utilisé la technique de la peinture à huile sur toile en respectant les règles esthétiques occidentales.

Le premier salon tunisien d’arts plastiques a ouvert ses portes en 1894 au siège de l’Association ouvrière maltaise afin d’attirer les peintres et les architectes français en Tunisie dans le cadre de l’urbanisation du pays. Le Salon tunisien a joué un rôle primordial dans la naissance du mouvement stique tunisien d’autant que les peintres tunisiens ont été influencés par leurs collègues étrangers.

Lire la suite...

 

Tunisie, un siècle d’images de Feryel Ben Mahmoud et Michèle Brun Photos et identité

tunisie-un-siecle-d-imagesOn savait que Feryel Ben Mahmoud s’intéressait à l’histoire proche : celle de la Tunisie, certes, mais aussi celle de l’Orient. Ses précédents ouvrages, sur le Bat d’Af, ces fameux bataillons à la réputation sulfureuse, puis sur les voyageurs qui ont précédé et ouvert la voie aux touristes, tout cela dénotait une curiosité d’un passé proche, dont les échos ne se sont pas encore dissipés.

C’est un très bel ouvrage qu’elle signe cette fois-ci avec Michèle Brun comme co-auteur : Tunisie, un siècle d’images. Et qu’elles présentent : «Un siècle d’histoire, un siècle d’images : de la proclamation du Pacte Fondamental en 1857, qui annonce la Constitution tunisienne, à l’indépendance du pays en 1956. Un siècle marqué par la colonisation, mais qui ne s’y résume pas. Car l’affirmation politique et identitaire d’une “tunisianité” la précède et la concurrence».

Lire la suite...

 

Page 3 sur 10